France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
tourisme

La Guyane promeut ses atouts à Top Résa

Jeudi 3 Octobre 2019 - 03h05
 La Guyane promeut ses atouts à Top Résa
top-resa-guyane - FXG

Le comité du tourisme de la Guyane se bat pour promouvoir la destination en participant cette année encore au Salon mondial du tourisme à Paris, Top Résa.

Sept exposants sont venus présenter leurs nouveautés comme T’air Nature Guyane, une agence réceptive qui propose du sur-mesure et des auto-tours, ou le « chocotourisme ». Ce concept est cher à Félicio Rodriguez, qui l’a déjà lancé en Côte d’Ivoire et qui va commercialiser le réceptif Guyane évasion avec les cacaoculteurs Angénieux Dupra à Saint-Laurent ou Olivier Dumett à Regina sur le haut Approuague.

Le tourisme d’agrément progresse

L’idée étant d’attirer plus de visiteurs… Ils ne sont encore que 110 000 mais avec une petite progression, entre 2015 et 2018, de 2 à 3 % pour le tourisme d’agrément. « Le segment des familles avec des préadolescents ou des adolescents a progressé », indique Sonya Cippe du CTG Paris. Un public qui se retrouve dans la tendance « biodiversité, nature ». « Les incendies au Brésil ont provoqué un focus sur la Guyane, poursuit Sonya Cippe. Les gens viennent nous en parler et veulent savoir comment découvrir la forêt. »

Un tour opérateur (TO), « De voyage en voyage », est d’ailleurs venu les voir étant positionné sur cette clientèle de niche qui a déjà beaucoup voyagé et est attiré par « l’appel de la forêt ». La plupart sont des individuels et quelques uns seulement passent par des TO.

Une autre manne de touristes pourrait venir du Guyana, grâce à ses clients américains attirés par la base spatiale et les îles du Salut. « Ils sont venus et nous les avons reçus, raconte Alex Bathilde, directeur du CTG, mais se pose la question de la connectivité. La compagnie aérienne du Guyana peut venir si les conditions sont optimales. » Les normes poseraient donc un problème…

Alors que le CTG dispose à nouveau de fonds (280 000 euros pour trois ans) pour son observatoire du tourisme, le schéma touristique de 2013 doit être révisé. Il faut refaire la signalisation touristique, organiser des modules de formation, développer des projets structurant à plus grande échelle afin de faire émerger un ou deux produits d’appel phare bien structurés comme les marais de Kaw. Quant à vouloir visiter la case de Dreyfus à l’île du Diable, voire celle de Papillon à Saint-Laurent, ou encore prendre connaissance de l’histoire de Malmanoury, le village qui a laissé la place à la base spatiale… Il faudra encore attendre pour cela que la Guyane digère son histoire.

FXG, à Paris

Tourisme : la Guyane promeut ses atouts à Top Résa - FXG
flavia-serve-alex-bathild e-comite-tourisme-guyane - FXG

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

amigo 03.10.2019

"Il faudra encore attendre pour cela que la Guyane digère son histoire"....Mais c'est quoi ces inepties??!! ça vient de qui ça?? C'est juste une question de volonté politique et rien d'autre!

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 04.10.2019

Faut dire que le Guyanais aime manger donc digestion logique pour éviter la crise cardiaque.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une