• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
grand Ouest

La CCI en tournée dans l'Ouest

Samuel ZRALOS Jeudi 13 Août 2020 - 16h48
La CCI en tournée dans l'Ouest
Des délégués de la CCI en pleine rencontre avec une commerçante de Saint-Laurent. - Samuel Zralos

La chambre de commerce et d'industrie de Guyane organise un « tour » dans l'Ouest guyanais, à la rencontre des entreprises locales touchées par la crise sanitaire.

 Aujourd'hui Saint-Laurent et Apatou, demain Mana et Awala. Deux jours durant, les cadres de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Guyane traversent en bus l'ouest guyanais, qui regroupe environ un dixième des entreprises guyanaises, pour un gros tiers de la population. Avec les trois-quarts de ces commerces à Saint-Laurent même, comme l'explique Elna Vignerol, de la CCI.

Un voyage organisé avant tout pour tenter de pallier au « manque d'information » chez les commerçants de l'Ouest, d'après Carine Sinaï-Bossou, présidente de l'organisation. Mais aussi pour « montrer que la CCI n'est pas que sur Cayenne, qu'elle est présente sur l'ensemble du département ». L'organisation dispose d'ailleurs d'une antenne à Saint-Laurent du Maroni, en face de la caserne de pompiers.
« Aider les entreprises »
Lors de sa rencontre avec les restaurateurs de l'Ouest (que nous avions rencontré ici), « à peine une vingtaine d'entreprises de l'Ouest avaient demandé des aides », a constaté Carine Sinaï-Bossou. D'où l'idée de venir avec divers conseillers, « là pour aider les entreprises à faire leurs démarches ».

« Les entreprises de l'Ouest n'utilisent pas assez les mesures gouvernementales pour passer le cap du Covid-19 », insiste-t-elle. « Beaucoup attendent la fin, j'ai peur que, quand l'économie redémarre, on compte les blessés, avec beaucoup de radiations ».

Il faut « faire de la présence, faire voir que hormis le téléphone, on va directement les rencontrer. [Y compris] après le Covid, renchérit Claude Riquier, élu à la commission des finances de la CCI. Alors, ce matin, au pas de course en raison d'un programme chargé, les membres de l'institution sont allés à la rencontre d'un magasin de bricolage, d'une boutique d'optique ou encore de la rhumerie de Saint-Laurent du Maroni.»
« Ça, c'est Saint-Laurent »
Lors de la première visite de la journée une restauratrice explique ses soucis pour recevoir l'intégralité des aides liées à la crise sanitaire. Dans une ambiance détendue mais sérieuse, où le tutoiement est de rigueur, Ariel André, conseillère en entreprise, demande des détails et tente de formuler des solutions. Après quelques minutes de discussion, tout le monde se lève, la suite n'attendant pas, au contraire du chauffeur du car, qui patiente dans son véhicule entre chaque étape, imperturbable.Un autocar qui, au moment de partir pour Apatou, aura au moins gagné une étape sur son planning serré : la rencontre avec les taxis collectifs prévue dans la matinée n'a pas eu lieu, les transporteurs ne sont jamais venus, retenus par une autre réunion. « Ça c'est Saint-Laurent » commente, presque fataliste, l'une des représentantes de la CCI.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
3 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos