France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Économie

L’AFD a investi 1,7 milliard d’euros dans les trois océans l’an dernier

Vendredi 7 Juin 2019 - 03h05
L’AFD a investi 1,7 milliard d’euros dans les trois océans l’an dernier
Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement - DR

En 2018, 212 projets ont été financés en Outre-mer. La Guyane a bénéficié de 18 millions d’euros.

Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD) a présenté hier au ministère des Outre-mer son bilan 2018. Avec 1,7 milliard d’euros investis dans les trois océans, dont 1,4 milliard pour les seuls Outre-mer, l’AFD a réduit légèrement la voilure puisqu’entre 2013 et 2017, elle dépassait chaque année les 1,5 milliard d’euros investis Outre-mer. « L’année 2018, explique le directeur général, a été celle de la réorganisation de l’activité de l’AFD autour de trois bassins stratégiques pour favoriser une plus forte insertion économique des Outre-mer dans leur environnement régional, protéger leur exceptionnelle biodiversité et lutter contre les vulnérabilités, notamment celles liées au dérèglement climatique. » Trois nouveaux pôles d’intervention ont été constitués et rassemblent désormais les territoires ultramarins et les États étrangers des océans Atlantique, Indien et Pacifique.

La zone Atlantique a bénéficié de 194 millions d’euros (66 pour la Martinique, 110 pour la Guadeloupe et Saint-Martin et 18 pour la Guyane), la zone Pacifique de 340 millions et la zone de l’océan Indien de 263 millions. En tout, 255 projets dont 212 en Outre-mer ont été financés l’an dernier.

Acteur primordial

Dans les Antilles, l’AFD demeure un acteur primordial pour l’investissement local et s’est illustrée dans le déploiement de son offre d’appui-conseil auprès des collectivités. Ainsi 51 % des fonds de l’AFD, soit 696 millions d’euros ont profité au secteur public répartis en prêts bonifiés (322 millions d’euros) ou non (366 millions d’euros) ou subventions (8 millions).

L’Agence a augmenté significativement ses missions d’appui conseil et technique et a accru son offre avec la réalisation de 172 analyses financières, 103 restitutions d’analyses auprès des collectivités et établissements publics, 37 projets de financement appuyés par des experts AFD et 19 accords de partenariats conclus en 2018.

Le financement du secteur privé reste stable. Avec un total de 660 millions d’euros, il représente 49 % de l’activité globale – contre 45 % l’an passé. Ce résultat reflète une augmentation du refinancement du secteur bancaire à hauteur de 50 millions d’euros sur l’activité propre de l’AFD. Ces fonds ont été versés sous forme de prêts (133 millions), de garanties (34 millions) ou de prestations pour le compte de BPIFrance (493 millions).

Le financement des projets d’énergies renouvelables connaît une forte progression. Sur la période 2012-2018, 23 projets ont été financés pour un total de 231 millions d’euros. 42 % de ces engagements ont permis de financer des infrastructures de production d’énergie solaire, 25 % de l’éolien, 23 % de la biomasse, 7 % à la production de biocarburant et 1 % de l’hydroélectricité.

Par ailleurs, une nouvelle ligne de crédit de 13 millions d’euros a été octroyée à l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) en 2018, permettant à plus de 2 000 micro-entrepreneurs d’être accompagnés en 2019 et 2020.

FXG, à Paris

Conférence Cerom en décembre

L’AFD animera le 11 décembre, aux côtés de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et des Instituts d’émission (Iedom, Ieom), la sixième édition des conférences Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer (Cerom). La conférence portera sur la recherche et l’innovation au service du développement durable ultramarin. Elle rassemblera les acteurs de la recherche, du secteur privé et de la société civile afin de proposer des politiques publiques et des dispositifs incitatifs en faveur de l’innovation.

Pilier de la trajectoire 5.0

La ministre des Outre-mer a fait savoir qu’elle comptait sur l’AFD pour être « l’un des piliers de la trajectoire 5.0 » qu’elle défend désormais : « 70 % de la programmation 2019 de l’AFD participe à cet te trajectoire avec un objectif de 100 % en 2020. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
2 commentaires
A la une
1 commentaire