France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Point sur les aides octroyées aux TPE, PME… durant la crise

« Faire tenir notre tissu économique »

Stéphane Hespel Vendredi 8 Mai 2020 - 11h13
« Faire tenir notre tissu économique »
« Le fonds d’urgence correspond aux TPE, PME artisans et autres. Le fonds BPI, CTG prêt rebond full digital concerne les TPE un peu plus structurées. Et le fonds garanti par l’Etat pour les sociétés ayant un chiffre d’affaire supérieur à deux millions d’euros », explique Denis Burlot, vice président de l'assemblée territoriale de Guyane, en charge des questions économiques (en médaillon). - Photos DR

Le fonds d’urgence pour l’économie locale touche aujourd’hui près d’un millier de structures type TPE, PME… en Guyane, dont le dossier a été validé. L’enveloppe financière pour le moment attribuée par la coopération entre la Collectivité territorial (CTG) et les EPCI (structures intercommunales), qui vient en soutien au tissu économique local, s’élève à un peu plus de 2,2 millions d’euros sur les presque 9 millions d’euros programmés par les partenaires (lire par ailleurs le détail complet des aides attribuées dans notre article publié le 30 avril sur franceguyane.fr (*).

« Les déblocages des premiers dossiers pour le fonds d’urgence vont intervenir sous 8 à 10 jours », précise Denis Burlot, 2e vice-président délégué au développement économique et à la fiscalité de la Collectivité territoriale. Ces dossiers sont ceux des TPE, PME… structures touchées de plein fouet par la crise économique liée au Covid-19. « 1795 entreprises se sont inscrites sur la plateforme du fonds d’urgence. 991 dossiers sont complets. 450 dossiers supplémentaires ont été validés ce jour (jeudi, ndlr) pour un montant de plus de 2,2 millions d’euros. » Une enveloppe globale de près de 9 millions d’euros a été décidé par la Collectivité territorial (CTG) avec les quatre EPCI (structures intercommunales) de Guyane (CCDS pour la région de Kourou, CACL pour l’Île de Cayenne, CCOG pour l’Ouest et CCEG pour l’Est).
1500 entreprises concernées en Guyane ?
La plateforme du fonds d’urgence a une durée de validité de trois mois, pour des montants allant de de 2 500 euros à 10 000 euros. « On attend 1 500 dossiers au final. » Il n’y a pas de date butoir au 11 mai (début du déconfinement en France, ndlr) pour les dépôts de dossier. « Les fonds CTG/EPCI sont accessibles encore pour les mois à venir. Nous en sommes au premier mois. Et on saura adapter cette aide s’il faut la prolonger. »
Dans le point d’étape effectué par Denis Burlot, hier à la CTG, il a été précisé que les entreprises, les commerçants et autres vont recevoir par mail la convention de prêt qu’elles auront à signer dans les meilleurs délais et uniquement à renvoyer sur la plateforme et aussi à adresser en originaux via leur EPCI les conventions de prêt. Mais rapidement, confirme l’élu « on s’est rendu compte que notre enveloppe ne sera pas suffisante pour répondre au tissu économique qui aux deux tiers est concentré sur l’Île de Cayenne mais qui rayonnent sur tout le territoire. »
Et après ? : « La relance économique »
Aujourd’hui, « l’objectif est d’essayer de faire tenir notre tissu économique. Après il faudra discuter sur la relance économique. Car même au niveau national les différents acteurs sont déjà à regarder comment provoquer une relance forte. C’est essentiel. L’entreprise aura beau survivre de cette période, il faudra derrière une relance. » L’effort global de la CTG (hors volet 2 du fonds de solidarité dans lequel il sera injecté presque 1 million d’euros) est composé de : 5 millions d’euros de fonds CTG/EPCI, plus 3,8 millions avec la BPI sur le prêt rebond full digital. « La CTG intervient à hauteur de quelque 10 millions d’euros pour soutenir le tissu économique », précise à nouveau Denis Burlot.
Les projets économiques prévus sur 2020 vont peut-être, et même sûrement être repoussés sur 2021. « L’argent des budgets sur ces projets sert aujourd’hui à soutenir le monde économique. »

(*) bit.ly/2yHnoxJ
Prêt rebond full digital
En plus du fonds d’urgence, il a été mis en place, par la CTG, un prêt rebond full digital pour venir en aide aux entreprises. « Nous avons pris des accords avec la Banque publique d’investissement (BPI) pour mettre en place le prêt rebond full digital qui sera lui aussi sous dix jours en place sur le territoire avec une enveloppe de 10 milllions d’euros et une participation de la CTG de 3,8 millions. » Cette enveloppe n’a pas été une mince affaire à établir, argue Denis Burlot. « Il a fallu abonder les lignes pour abonder ces 3,8 millions. Cela a été fait en partie sur des fonds européens dont nous disposions pour venir soutenir l’économie.
Ce prêt rebond full digital aura un degré d’intervention de 11 000 euros à 50 000 euros (il peut, selon certaines régions aller jusqu’à 300 000 euros, ndlr). Il sera donc très complémentaire au fonds d’urgence CTG/EPCI. IL est aujourd’hui en période expérimentale dans la région Rhône-Alpes Auvergne.
« Il y aura plus de contraintes sur le prêt qu’avec le fonds d’urgence. Il faudra une certaine solidité des entreprises pour pouvoir prétendre à ce prêt. Avec certainement un plafond de chiffre d’affaire à 2 millions d’euros. »
www.ctguyane.fr/
 
Fonds de solidarité 2
Le fond de solidarité volet 2 est actif sur le site de la CTG depuis mardi. Les entreprises qui y auront droit sont celles qui sont sur le volet 1, géré lui directement par l’Etat, qui dans le volet 2 a mis à contribution les régions, et donc la CTG, pour instruire ce fonds de solidarité volet 2. Déjà en cours d’instruction (2500 euros à 5000 euros), qui n’est pas un prêt mais une subvention.
 

 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

mikeromeo 09.05.2020

Ce qui est bien c'est que cette seconde partie du fond liée au décret du 30 mars aurait du être prête le 15 avril. La Guyane, dernière ou presque.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
3 commentaires
A la une
3 commentaires
1 commentaire