France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Expulsions à la Région

Pierre-Yves CARLIER Mercredi 26 janvier 2011

Hier matin, une vingtaine de familles ont été expulsées de l'ancien lycée agricole, situé derrière la cité administrative régionale. La Région veut aménager le site.

  • Hier matin, les policiers ont délogé les occupants de l'ancien lycée agricole, avant qu'une pelleteuse n'abatte les bâtiments (HG)

  • Des enfants sont montés sur le tractopelle pour l'empêcher d'agir. (HG)

Des enfants sont montés sur le tractopelle pour l'empêcher d'agir. (HG)
CAYENNE. Gomes vit au lycée depuis deux ans. À l'ancien lycée agricole, situé entre la Région et la plage, à Cayenne. Les seize bâtiments sont squattés depuis le déménagement du lycée à Matiti. Une vingtaine de familles vit là. Surtout des Brésiliens avec des papiers. Gomes est arrivé là parce que « mon loyer à Cayenne était cher : 500 euros. Il n'y avait que ma femme qui travaillait. Avec nos quatre enfants, un Smic, c'est raide. » Sur les conseils d'un ami, il s'est installé dans ces vieux bâtiments abandonnés, comme une vingtaine d'autres familles.
Depuis trois mois, la Région apprécie peu cette occupation d'un terrain que l'État lui a cédé le 22 octobre. Elle veut y construire un hall sportif et un aquarium. Le 18 novembre, après des échanges de courrier entre le président de Région Rodolphe Alexandre et la maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth, celle-ci demande au tribunal administratif de faire expertiser les bâtiments par un spécialiste.
L'expert estime qu'il y a un risque à laisser les familles ici, à cause de « l'état de vétusté avancé des ouvrages » et des branchements électriques artisanaux. Le maire ordonne l'évacuation des locaux et leur démolition. Les occupants sont prévenus le 26 décembre. Hier, le préfet envoie la police pour s'assurer que les squateurs s'en vont. Les enfants montent quelques minutes sur le tractopelle, pour l'empêcher d'agir, puis la démolition commence. Dans la soirée, il ne reste presque rien.
Christine Charlot, avocate des familles, dénonce une expulsion de pure opportunité. « Ces habitations sont occupées depuis sept à huit ans. La préoccupation de la Région intervient, par un hasard bienheureux, au moment où elle a le projet d'aménager un complexe sportif. » Toute la journée, elle a multiplié les recours devant le tribunal administratif pour faire arrêter la démolition. Avec un succès limité : les bâtiments ont été rasés, mais le préfet a fait reloger deux premières familles à l'hôtel.
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

dcl 28.01.2011
C triste !

Ni pour, ni contre... je préfère ne pas juger ces personnes. La faute est à qui ??? à l'état ou ces squatteurs ??? le délai d'expulsion n'a pas été respecté... je pose la question: et pourquoi que maintenant l'expulsion ??? après avoir une vingtaine de familles ?... le loyer est cher en Guyane, je suis d'accord mais la Guyane se plaint de tout et ne fait rien. C mon opinion !

Répondre Signaler au modérateur
cayenne973 27.01.2011

Vive la France...!!!

Répondre Signaler au modérateur
caroline 27.01.2011
tchip!

Trop de libertés et de droits!!!... Qui ont le don de m'agacer!!! Qui va payer les avocats et les frais d'hébergement ? je vous le demande!!!???

Répondre Signaler au modérateur
mica 26.01.2011
le même refrain

Pas assez d'argent pour payer un loyer,il y en a beaucoup comme vous (des jeunes salariés obligés de vivre chez les parents), en squattant vous avez pris des risques.
Pas assez de logements, trop de familles nombreuses ( pilule,capote,)il y en a chez le pharmacien,peu importe la nationalité réfléchissez avant de faire des enfants.

Répondre Signaler au modérateur
dny973 26.01.2011
Trop facile!

Ces propos n'engagent que moi,mais parce que l'on ne gagne pas suffisamment d'argent et que le loyer est trop cher,on peut squatter? Certes,le terrain etait abandonnée mais cela ne veut pas dire qu'il n'a pas de proprietaire. Cela fait des annes que les occupants sont la et sont prioritaires sur les logements sociaux,alors pourquoi n'ont ils pas fait le necessaire avant au lieu de detourner eau et électricité dans leurs habitations? Les gens qui travaillent,allez faire comme eux et vous verrez comment vous serez rapidement mis a la porte et poursuivit penalement. Ils ont des enfants mais au risque d'etre cru,pas fait timoune si zote pé pa assumé!!!

Répondre Signaler au modérateur
titoune 26.01.2011
RE: Trop facile!

Tout à fait d'accord avec toi. Ils ne gagnent pas assez pour se loger, et bien qu'ils retournent au Brésil ou à Haiti, on le a pas forcé à venir ici. C'est vraiment exaspérant d'être obliger de se justifier quand on expulse des squatteurs qui s'installent ou bon leur semble !!! 2 choses à faire,,, supprimer l'accès à l'école des enfants étrangers et supprimer les aides ( AME, CAF etc,,, ) Et croyez moi, il y aura moins de monde, plus de logement pour les guyanais et moins d'aides sociales dilapidées.

Répondre Signaler au modérateur
boubs973 27.01.2011
RE: RE: Trop facile!

Juste un petit tour sur internet, on trouve un parti qui propose vos "mesures" dans son programme :
"- Supprimer les « pompes aspirantes » en réservant les aides sociales diverses et les allocations familiales aux seuls Français et en réinstaurant, dans le cadre de nouvelles dispositions législatives, la préférence nationale pour les prestations sociales. Les cotisations de l’assurance Maladie et de l’assurance Chômage seront, ainsi, augmentées pour les étrangers à prestations équivalentes. Le RMI pour les étrangers ainsi que l’AME seront supprimés."

Au moins, on sait pour qui vous votez!

Répondre Signaler au modérateur
tonioatel 28.01.2011
RE: RE: RE: Trop facile!

si ce parti dont vous faites allusion est aussi méprisable que cela pourquoi n'est-il pas interdit au pays des droits de l'homme? Quand on a le sentiment qu'on est le plus mal loti dans son propre pays, voilà ce que ça provoque comme réaction. Simple précision, je ne vote pas pour ce parti mais je peux comprendre pourquoi certains finissent par y adhérer. Ils ont des droits (et ils le savent) mais aussi des devoirs, dont celui de respecter les lois tout comme nous.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
10 commentaires
1 commentaire
A la une