France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

De la Guyane vers l’Hexagone : récit du vol TX571

La Rédaction Lundi 29 Juin 2020 - 15h55
De la Guyane vers l’Hexagone : récit du vol TX571

Dans le contexte sanitaire que vit actuellement la Guyane, prendre l’avion demande une grosse organisation administrative. Alors que des rumeurs circulent sur les conditions de vol et d’obtention d’un billet d’avion, voici comment Antoine, en 2e année d’école d’infirmier, a pu rejoindre l’Hexagone à la fin de son stage.

Point de contrôle routier (Iracoubo et Régina)
Pour passer le passage routier qui est actuellement renforcé, il faut se munir d'une attestation de déplacement, mais surtout avoir un justificatif.

‘‘Les gens respectent les horaires du couvre-feu et fournissent une attestation, mais il est compliqué de leur faire comprendre qu’il faut en plus avoir un justificatif’’ expliquent les gendarmes.

Pensez donc à imprimer le billet d’avion ainsi que les documents qui vous permettront de passer la douane pour pouvoir franchir le point de contrôle routier.

Les pompiers sont actuellement présents en complément des gendarmes, et peuvent prendre la température des personnes de passage.

Pour Antoine, ‘’pas de problème, j’avais sur moi toutes les pièces justificatives.’’
L’arrivée à l’aéroport, 3h d’attente
L’arrivée à l’aéroport, si vous avez fait l’enregistrement en ligne ne nécessite pas d’être présent 5 heures avant le départ. " Les gens sont inquiets, certains avaient eu le vol de la veille annulé. d’autres ont même dormi à l’aéroport pour être les premiers présents en cas d’annulation d’un passager ", croit savoir Antoine. Si vous avez enregistré votre billet d’avion en ligne, pas de panique, vous rentrerez dans l’avion après avoir fait la queue.

‘’Je suis arrivé à 14h30 alors que mon vol avait lieu à 19h30 via Air Caraïbes, raconte Antoine. L’aéroport n’était pas encore ouvert, la file d’attente s’étalait sur toute la largeur de l’aéroport. À droite, Air Caraïbes, à gauche, Air France. Certains ont dû attendre sous le soleil durant plus de la moitié de l’après-midi.’’ Les responsables des différentes compagnies ont tout de même fait passer prioritairement les personnes ayant besoin d’assistance et les familles avec de jeunes enfants.


De plus, un problème informatique international, lié à l’entreprise qui gère les réservations de nombreuses compagnies aériennes, a retardé l’enregistrement d’Air France. Des familles ont donc passé de nombreuses heures à attendre de pouvoir simplement déposer leurs bagages. Air Caraïbes n’utilisant pas le même outil informatique, l’enregistrement a pu se faire dans un délai quasi normal.

" Pour déposer mes bagages, on ne m’a demandé aucun document, excepté le passeport et le billet d’avion comme sur un vol classique, continue Antoine. On ne m’a même pas pris la température ".
Le passage aux douanes, contrôle des justificatifs
Antoine poursuit : " Malgré le fait que des amis m’aient dit être passés sans documents justificatifs, je n’ai pas pris le risque, j’avais l’attestation d’employeur de ma fin de stage, et mon contrat de travail pour mon boulot d’été.’’

Le site du gouvernement est clair : munissez vous de ces documents pour pouvoir passer tous les points de contrôle.

‘’Je m’attendais à ce que l’on nous prenne la température, mais rien du tout ! Pour mon passage aux douanes, à part le fait que tout le monde avait un masque, et les douaniers des gants, ils n’ont regardé que mon passeport, sans même jeter un coup d’œil aux justificatifs, idem pour la famille derrière moi avec leur enfant ! ‘’


Puis c’est l’attente dans la salle d’embarquement. La moitié de la salle a des panneaux pour que les gens ne s’assoient qu’un siège sur deux. " L’autre moitié, les gens le font automatiquement même si ce n’est pas indiqué ". Les hôtesses de l’air appellent alors les voyageurs par nombre réduit pour rentrer dans l’avion, et tout le monde s’installe. 0 place libre. (Là ou tous les autres moyens de transport comme les trains ou les bus ne mettent généralement qu’une place sur 2 à disposition)


Le vol, déplacements limités et plateau repas en 1 fois
Dès le décollage, les hôtesses l’annoncent : en raison d’un problème de livraison, certains passagers n’ont pas d’oreillers, de couverture et d’écouteurs. Pour ce qui est des allers et venues dans l’avion, les hôtesses les limitent au minimum nécessaire.

Le plateau repas est servi en une seule fois, de l’apéro au dessert, pour limiter les déplacements.

En revanche, alors que sur certains vols, des personnes avaient voyagé en limitant les espaces entre les sièges, ‘’ tout le monde était collé dans l’avion, pas une place de libre. Les hôtesses vérifient que tout le monde garde son masque, mais au réveil plusieurs personnes ne le portent plus, même pour se balader dans l’avion. On entendait des gens tousser et éternuer, il ne faudra pas s’étonner si des clusters apparaissent dans quelques jours en métropole ! ’’


Arrivée à Orly, les distances de sécurité pour récupérer les bagages
Arrivés à l’aéroport, les passagers ne peuvent descendre que rangées après rangées. Ils sont alors aiguillés vers le bus-navette qui les amènent au passage entre la police des frontières et le retrait des bagages.



‘’Il y avait au moins 3 bus qui faisaient des rotations pour ne pas être trop remplis, avec impossibilité de passer près du chauffeur. Avant de rentrer dans l’aéroport, nous devons remplir un formulaire avec notre place dans l’avion et nos coordonnées pour que la compagnie puisse nous joindre en cas de connaissance d’un cas COVID.’’

Pour le passage aux douanes, marquage au sol d’un mètre. " Avec l’arrivée échelonnée des navettes, ce n’est pas surchargé et l’on passe rapidement ". Avec le marquage au sol, les gens peuvent respecter les distances de sécurité (même s’ils étaient confinés dans l’avion), cependant certaines personnes ont du mal à respecter la distance en arrivant à Paris pour récupérer les bagages. ‘’ On sent certains stressés et pressés d’en finir. ‘


Lâchés dans la nature
Le voyage prend fin ou presque pour certains, qui vont devoir prendre le train ou la voiture pour rejoindre leurs lieux de résidence ou de vacances. Pour Antoine, il décide de s’imposer une quatorzaine à la maison. " J’ai appelé le laboratoire d’analyse dès le lundi matin, on m’a dit d’attendre une semaine chez moi avant de faire les tests. Ma grand-mère devra attendre pour me voir. Je ne pense pas que tout le monde fasse de même. ’’

"En tout cas, en métropole, les gestes barrières semblent déjà loin pour certaines personnes"…

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 30.06.2020
Les rats quittent le navire...

Les métros chasseurs de prime sentant le danger rentrent chez eux la queue entre les jambes et tant mieux ! Notre peyi n'a pas besoin de ces fonctionnaires qui ne viennent que pour les 40%, on a assez de Guyanais capables d'être profs ou policiers.

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 30.06.2020

Sauf que... non.
On n'a pas assez de profs en Guyane, même en recrutant tout azimut.
Quand aux policiers, le système qui leur permet, de rester sur leur affectation des années, contrairement aux gendarmes (que ce soit ici ou ailleurs) ne peut que favoriser le clientélisme.
Sinon, passer donc les concours ou allez faire fonctionnaire.

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 01.07.2020
Leptospirose

Même à 40 %, ce n'est pas suffisant pour retenir les gars et lorsque l'on voit le taux d’alphabétisation et de diplôme du peyi, on n'a pas d'autres solutions que de recruter des chasseurs de primes si on veut qu'il y en ait 2 ou 3 qui bossent ; honnêtement, si j’étais fonctionnaire, je demanderai Tahiti ou la Caledonie l'indexation y est à 100 % et le paysage plus exotique version carte postale...
Faut voyager JayJay ;-)

Répondre Signaler au modérateur
GwyannApatou 30.06.2020

Bonjour, Un ami vient de partir, en effet pas de place libre entre les passagers et et une distanciation de "savoir vivre" entre les personnes. Pas de tests COVID a faire, pour prendre l'avion, ni même à l'arrivée. Juste une feuille de renseignements à remplir pour être contactée..Il faut tout de même prévoir les documents demandés par la préfecture sur le lien de l'article. Bon courage.

Répondre Signaler au modérateur
Etoile Piti 29.06.2020
A ne rien comprendre...

Merci pour ce témoignage.... Mais:
Plus de place libre entre les passagers?
Pas de distanciation?
Test Covid obligatoire 72h avant de partir ou non?
Quatorzaine à l'arrivée obligatoire ou non? Organisée et prise en charge ou à nos frais, et choix du lieu de quatorzaine?
Quels documents...?
J'ai eu Air France au tel pour modifier mon billet, et c'est l'inconnue pour bien des questions...
Y a t'il quelqu'un pour donner des informations précises sur les conditions au départ de Cayenne pour Paris?

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 29.06.2020

Bizarrement ça ne semble pas plus le bazar que d'habitude avec air Caraïbes : queue interminable, absence d'information...

aussi bien dans cet article que dans l'autre on a l'impression qu'il n'y a aucun problème avec les passagers air France.
Peut-être parce qu'ils ont vendu des billets qui étaient disponible.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
24 commentaires
3 commentaires
5 commentaires
A la une
3 commentaires
3 commentaires
5 commentaires