France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

C’est le bon moment pour devenir propriétaire

Mardi 11 Juin 2019 - 03h20
C’est le bon moment pour devenir propriétaire
Julien Mestre, responsable de l’agence ORPI à Rémire - Aurélie Ponsot

Le salon de l’immobilier s’est déroulé ce week-end au Progt de Matoury. L’occasion de rencontrer les professionnels du secteur. Ils analysent l’état du marché de l’achat immobilier guyanais et délivrent leurs conseils afin d’acquérir un bien dans les meilleures conditions. Propos recueillis par Aurélie PONSOT

.

« Il faut avant tout consulter un professionnel »

« Quand on veut acheter un bien, il faut avant tout consulter un professionnel, afin qu’il puisse analyser en détail votre projet immobilier. En fonction des critères et du financement, on sera en mesure de proposer différents types de biens. Aujourd’hui, en Guyane, c’est l’île de Cayenne qui est en plein développement. On peut aussi bien proposer des programmes neufs, en villa ou appartement, que de l’ancien, dont le marché reste également dynamique. Il y a une grande diversité de biens à proposer. On accompagne le client des premières visites jusqu’à la signature chez le notaire. »

Julien Mestre, responsable de l’agence ORPI à Rémire - Aurélie Ponsot
« Le marché immobilier est très actif »

« En ce moment, le marché du crédit est au plus haut, les indicateurs économiques (climat des affaires, importations exportations, indicateur de crédit) sont très favorables, ce qui anticipe une forte reprise en Guyane. En conséquence, le marché immobilier est très actif. Les banques ont donc un contexte très favorable pour accompagner les acquisitions immobilières. En Guyane, le besoin est de 5 000 logements par an, alors que seuls 2 000 sont construits. C’est un contexte d’embellie économique. La délégation de crédit est élargie sur la Guyane, la décision est donc très rapide, rendue en moins d’une semaine si le dossier est complet. Ensuite, les dossiers passent en centre de traitement, là aussi pour un délai d’une semaine maximum. Pour acquérir un bien, le client doit choisir ce qui l’intéresse, puis la banque s’occupe de tout : type de crédit, assurance. Aujourd’hui, les taux de crédit sont bas ; les délais sont courts ; le marché est bon : c’est donc maintenant qu’il faut acheter. »

Joubert Bonfils, directeur de territoire chez BNP Paribas - Aurélie Ponsot
« Les taux bas ont dynamisé le secteur »

« Quand les gens viennent nous voir, on leur demande dans un premier temps s’ils se sont rapprochés d’une banque et ce qu’ils veulent comme bien. Pour acquérir un bien, il faut s’adresser à un professionnel et voir sa banque avant toute chose pour bien verrouiller son projet. L’avantage du moment, c’est que les taux bancaires sont très bas, mais l’inconvénient, c’est que pour construire une maison individuelle, depuis 2017, il n’y a plus de défiscalisation. Les taux bas ont dynamisé le secteur. En ce moment, je peux proposer aux clients du foncier. Pour construire une maison, obtenir le permis de construire, il faut trois mois puis en moyenne neuf mois de construction. Le coût moyen au mètre carré est de 1100 euros. Par exemple, pour une maison type 4, il faut compter 120 000 euros, sans le terrain. En ce moment, les appartements marchent très bien car il y a une défiscalisation sur les projets destinés à la location. »

Duke Eze, responsable commercial chez Chamazone Construction - Aurélie Ponsot
« L’offre est très loin de satisfaire la demande »

« Il y a beaucoup de demandes en acquisition de logements. L’offre est très loin de satisfaire la demande. Je conseille aux gens de comparer, de bien évaluer le budget qu’ils ont, en tenant compte de tous les postes de dépenses. Ils doivent bien être sûrs du produit qu’ils recherchent : maison, appartement. Il faut aussi prévoir des maisons qui peuvent être évolutives. Je leur conseille également de bien analyser la localisation et les alentours, surtout s’ils ont des enfants, de bien se renseigner sur l’environnement, les écoles, les commerces. C’est important car le temps passé en transports est à évaluer. Par exemple, à Soula, une école est prévue à l’entrée et également deux collèges. »

* Établissement public foncier et d’aménagement de la Guyane

Denis Girou,directeur général de l’Epfa Guyane - Aurélie Ponsot

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
2 commentaires
A la une
Une

"Un Guyanais n’a pas de couleur"

Propos recueillis par Pierre Rossovich/Photos : Gildas RAFFENEL - Lundi 24 Juin 2019

Vous venez de sortir votre deuxième album « Bushinengue » après « Soholang...

3 commentaires