• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Tourisme / Guyane

Bon ti kote cherche à comprendre le touriste guyanais

S.Z. Samedi 17 Octobre 2020 - 14h30
Bon ti kote cherche à comprendre le touriste guyanais
Le site Bon ti kote - DR

Site internet consacré au tourisme en Guyane, Bon ti kote a lancé une enquête en ligne pour définir le profil du touriste guyanais qui voyage sur son territoire. Un tourisme local que l’entreprise cherche à développer.

 Jusqu’à la fin du mois, Bon ti kote propose à ses visiteurs de déterminer « quel type de touriste êtes vous ». Une enquête qui essaie de « dresser le profil du touriste guyanais, qui vit en guyane et y consomme sur place ». En effet, analyse Frantz Fabien, propriétaire du site, « on retrouve souvent des informations sur les touristes qui viennent de l’extérieur », mais rarement sur les locaux. D’où le besoin de connaître « le touriste local, ses aspirations, ses envies ». L’organisation a déjà recueilli une centaine de réponses à son questionnaire en ligne et vise les deux cent participations.

Après la conclusion de l’enquête, menée à l’initiative de trois stagiaires de Bon ti kote, en partenariat avec l’association A-savoure ta vie, une partie des résultats sera accessible publiquement, le reste étant utilisé par le site internet ou « sans doute commercialisée », par exemple auprès d’institutions.

Créé en 2011 et relancé de manière plus élargie en 2017, Bon ti kote est « né de l’envie de partager avec les personnes qui vivent en Guyane, en terme de tourisme local ». Le site cherche à démontrer aux habitants du territoire qu’il est possible d’y voyager, d’y découvrir de « magnifiques paysages à moindre coût ». Il entend aussi mettre en valeurs les artisans locaux « qui font partie du tourisme », mais n’ont souvent « pas vraiment de plateformes qui leur permettent de mettre en avant leur produit ».
« Il y a un gros problème de mobilité »

Un des problèmes qu’identifie Frantz Fabien, c’est que « dans l’imaginaire de beaucoup de personnes, le tourisme local est inaccessible ». Il en veut pour preuve le nombre de Guyanais qui n’ont jamais pu « se rendre dans les communes de l’intérieur ». Même à Cayenne, « beaucoup de jeunes ne sortent pas de leur quartier, ne connaissent pas » la capitale. Autant de personnes freinées notamment par l’argent nécessaire et les distances à parcourir. « Il y a un gros problème de mobilité », frein important au développement des trajets de loisir sur le territoire, souligne le président de Bon ti kote.

Il comprend en revanche les prix parfois élevés pratiqués par les acteurs du tourisme en Guyane, puisque la zone « n’ a pas un tourisme de masse. Donc, comme peu de fréquentation, l’hôtelier va augmenter ses prix ». Un désavantage structurel qui met en lumière la nécessité d’investir pour « promouvoir le tourisme local, accompagner les porteurs de projets » ou pourquoi pas « mettre en place des tarifs résidents ». Ce qui nécessiterait « une réelle volonté politique ». Frantz Fabien s’étonne qu’alors qu’au niveau minier, du commerce du bois ou de la pèche il y ait un début de développement économique, alors « qu’on ne mise pas sur le tourisme » qui serait pourtant « pourvoyeur d’emplois durables ».
Où sortir ?

En attendant, le président de Bon ti kote a quelques conseils à partager. Autour de Cayenne, il encourage à visiter la crique Tibourou « et son jacuzzi naturel » ou à (re)parcourir le sentier du Rorota « que beaucoup de personnes ne connaissent pas ». A l’Ouest, il vante la crique crevette, sur la route d’Apatou, « accessible assez facilement » ; à l’Est, « il faut faire » le saut Maripa.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
2 commentaires