France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

BepiColombo : « On est dans les temps »

Angélique GROS Lundi 24 septembre 2018

Le remplissage des 850 kilos d'ergol chimique a été achevé la semaine dernière. Les 580 kilos de Xénon qui vont servir à sa propulsion électrique sont également en place. De fait, toutes les personnes qui entrent dans la salle blanche doivent s'équiper d'un masque à oxygène. Avant d'entrer dans la salle blanche, où le satellite est assemblé, chaque personne doit enfiler blouse, charlotte, chaussons et masque afin d'éviter de contaminer le site, dont l'hygrométrie et la propreté sont strictement contrôlés. Bernard Guillaume (photo), ingénieur à l'Agence spatiale européenne (ESA), surpervise l'assemblage du satellite. Il assure que la phase préparatoire n'a pas pris de retard. « On devrait être prêt pour le 19 octobre. » (Angélique GROS)

Afficher toutes les miniatures

Depuis six mois, l'un des trois ensembles de préparation des charges utiles que compte le centre spatial est entièrement occupé par les équipes participant à la campagne BepiColombo. Alors que le lancement de ce satellite de recherche qui doit rejoindre Mercure dans sept ans, est prévu le 19 octobre, France-Guyane a pu accéder à la salle blanche dans laquelle les dernières pièces sont assemblées.


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une
L'info en continu
1/3