France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Albioma, du soleil à l’électricité

Mardi 11 Juin 2019 - 03h10
Albioma, du soleil à l’électricité
DCIM\102MEDIA\DJI_0358.JPG - hespels

La société Albioma, premier producteur d’énergie photovoltaïque d’Outre-mer, ouvrait ses portes jeudi et vendredi derniers sur son site de savane Aubanèle à Kourou. L’occasion de découvrir cette entreprise fleuron des énergies renouvelables et de mieux comprendre le fonctionnement d’une centrale solaire.

Les panneaux solaires s’étendent à perte de vue sur 23 hectares, aux portes de Kourou. La société Albioma s’y est installée en 2010 dans le cadre de la transition énergétique, afin de répondre à un réel besoin. La centrale est implantée sur un terrain impropre à d’autres usages sur lequel sont déployés 156 000 modules photovoltaïques, ce qui en fait la plus puissante installation d’Outre-mer.

Deux techniciens sont chargés de la maintenance

Dotée de 12 MWc de puissance installée, elle est capable de produire en pointe jusqu’à 10 % de l’électricité de la Guyane sur une année. En 2018, elle a fourni 15, 1 GWh d’électricité, contribuant pour une large part à l’autonomie énergétique du territoire. La production annuelle correspond aux besoins de 7 900 foyers. L’électricité produite sur site est directement réinjectée chez EDF.

En Guyane, il y a quatre types de production d’électricité en Guyane : le thermique (centrale de Degrad-des-Cannes), l’hydraulique (barrage de Petit Saut), le solaire et enfin la centrale biomasse (copeaux de bois chauffés, Cacao). Le solaire contribue à une réduction considérable de la consommation électrique. Le fonctionnement d’une centrale photovoltaïque est assez simple : des panneaux captent l’énergie du soleil. Ils sont branchés en série entre eux. Chaque rangée est mise en parallèle avec la rangée de devant tous. Les « plus » sont ensemble. Les « moins » sont ensemble. L’énergie ainsi captée donne de l’électricité en courant continu (comme celui présent dans les batteries), lequel est envoyé pour être transformé en courant alternatif (courant de la maison) via un onduleur. Sur le site de Kourou, deux techniciens sont chargés de la maintenance corrective et préventive. Ils sont assistés de trois stagiaires. Un ingénieur projet, une chargée de développement et le responsable d’agence coordonnent et gèrent le tout.

L’avenir pour un territoire comme la Guyane

Au départ, il y a 25 ans, le Groupe Albioma, implanté en Outre-mer, à l’Île Maurice et au Brésil, a développé un partenariat unique avec le monde sucrier pour produire de l’énergie renouvelable à partir de la bagasse, résidu fibreux de la canne à sucre. En transition vers un mix énergétique à plus de 80 % renouvelable d’ici à 2023, Albioma est également le premier producteur d’énergie photovoltaïque en Outre-mer. La société y construit et exploite des projets innovants en approfondissant notamment son savoir-faire technologique en matière de stockage.

Albioma accélère également le déploiement de cette activité en France hexagonale avec l’acquisition d’Eneco France fin 2018.

Les prochains projets de l’entreprise sur la Guyane sont de nouvelles centrales au sol, des centrales en toiture de photovoltaïque et des ombrières sur les parkings des magasins. Le solaire reste une forme innovante de production d’électricité sans danger pour l’être humain, contrairement aux centrales nucléaires. Il constitue l’avenir pour un territoire comme la Guyane, comme pour le continent africain, entres autres. Face au nucléaire très décrié, le solaire est une véritable solution écologique. Certaines municipalités commencent à l’intégrer dans leurs constructions, comme récemment la Ville de Kourou, qui va installer des panneaux solaires sur le toit de la future école Saba, permettant ainsi à l’établissement scolaire d’être autonome en terme de consommation énergétique.

Aurélie PONSOT

Les panneaux solaires sont constitués de cellules photovoltaïques, constituées de semi-conducteurs à base de silicium, de sulfure de cadmium, et de tellure de cadmium, superposés en fines couches qui permettent un contact entres elles. - hespels
DCIM\102MEDIA\DJI_0358.JPG - ll

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
2 commentaires
A la une