• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
TRANSPORT

Air France : le remboursement des billets au point mort

Pierre ROSSOVICH Vendredi 8 Mai 2020 - 11h39
Air France : le remboursement des billets au point mort
Si vous souhaitez annuler votre voyage, et que vous avez acheté votre billet auprès d’Air France, la compagnie vous proposera un avoir, valable un an. - KENZO TRIBOUILLARD (AFP/Archives)

Air France ne rembourse pas les billets sur les vols annulés en raison du covid-19. Le secrétaire d’Etat aux Transports est intervenu à la Commission européenne pour demander un assouplissement du règlement afin que la compagnie aérienne puisse imposer un bon à valoir aux passagers impactés. Un avoir remboursable s’il est non utilisé au bout d’un an.

« Bonjour, en raison de la crise sanitaire liée au Coronavirus, votre vol de Cayenne à Paris est annulé. Si vous ne pouvez plus voyager, vous pouvez récupérer immédiatement un avoir de la valeur de votre billet ». C’est en substance le mail qu’a récemment reçu Laurent, qui prévoyait de voyager avec sa famille durant les grandes vacances prochaines. Des centaines de Guyanais sont dans le même cas après avoir acheté leurs billets avant le début du confinement.

Laurent, qui a déboursé plus de 5 000 € en billets d’avion pour sa femme, ses trois enfants et lui, a l’impression de se faire « arnaquer » :  « Air France nous propose un avoir de la valeur du billet. Donc, si le prix des billets augmente, il faudra rajouter à la caisse ». Autre solution : attendre un an pour être remboursé. « Nos vacances sont annulées et impossible de récupérer notre argent…, poursuit Laurent, en terme d’immobilisation de notre trésorerie c’est moyen ! Et si nous envisagions, du fait de la situation, d’utiliser cet argent pour d’autres besoins ? ».

Une position qu’Air France assume. «  Compte tenu de la crise sanitaire sans précédent, des mesures commerciales exceptionnelles ont été mises en place. Elles permettent notamment une plus grande flexibilité et un report sans frais de son voyage », nous a répondu Édouard Diverrez, directeur commercial Air France Régional Caraïbes. « Si vous avez acheté votre billet avant le 21 avril 2020 inclus pour un voyage avant le 31 août 2020, vous pouvez reporter votre date de départ sans frais de modification, sous réserve de la disponibilité de la même cabine de voyage », étaie Édouard Diverre. Ce nouveau voyage doit par contre commencer avant le 30 novembre 2020. Après cette date, vous pourrez reporter votre date de départ, mais le tarif initial n’est pas assuré.

Si vous souhaitez annuler votre voyage, et que vous avez acheté votre billet auprès d’Air France, la compagnie vous proposera ainsi cet avoir, valable un an «  sur l’ensemble des vols Air France, KLM, Delta Air Lines, Virgin Atlantic et Kenya Airways ».
Aux Etats unis, Air France rembourse ses clients
Pourtant, la réglementation européenne stipule que les compagnies aériennes doivent proposer aux passagers soit le report de leur vol, soit le remboursement pur et simple de leurs billets d’avion. C’est un choix qui appartient aux passagers et non pas à la compagnie aérienne. Pour pouvoir passer outre, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat français aux Transports a plaidé auprès de la Commission européenne, en faveur de l’assouplissement du règlement afin qu’Air France puisse conserver légalement l’argent des billets des vols annulés.

Les clients américains de la compagnie aérienne semblent mieux lotis, puisque le ministère américain des Transports (DOT) n’a pas accepté d’assouplir la réglementation en vigueur en cas d’annulation de vol et donner la possibilité aux compagnies aériennes de différer le remboursement des billets.

L’UFC-Que choisir a donné un ultimatum à 57 compagnies aériennes, afin de rembourser leurs passagers impactés. - Valery Hache (AFP/Archives)

Pour la compagnie française, les remboursements des billets d’avion représenteraient une somme trop importante, alors même que ses activités sont quasi à l’arrêt depuis le 17 mars. Elle espère ainsi gagner du temps jusqu’à la reprise de ses opérations, prévues pour fin juillet.

Le 24 avril dernier, L’UFC-Que choisir a donné un ultimatum de 15 jours à 57 compagnies aériennes, dont Air France, afin de rembourser leurs passagers impactés par la fermeture des frontières aériennes. Faute de quoi, l’association intentera des actions en justice sous forme d’action de groupe contre les compagnies concernées.
Les prix des billets d'avions vont-ils s'envoler?
C'est ce que craint Alexandre de Juniac. Le président de l'Association internationale du transport aérien et ex-patron d'Air France estime que le prix des billets d'avion pourrait augmenter de 50% si on oblige les compagnies à pratiquer la distance sociale à bord, alors qu'on évoque la possible neutralisation des places centrales dans les rangées afin de faire respecter la distanciation sociale.

"Dans l'état actuel, on ne sait pas faire voler des avions remplis seulement au deux tiers en étant profitable, assure l'ex-patron d'Air France. Soit l'avion peut voler et on gagne un tout petit peu d'argent sur le vol, soit il ne peut pas voler... ou alors on augmente le prix des billets et c'est au minimum de 50%, ce n'est pas rien », a t-il déclaré sur BFM.

L'Association du transport aérien international (IATA), qui regroupe 290 compagnies aériennes dont Air France, se dit opposée à cette distanciation physique dans les avions, pour éviter la propagation du Covid-19. Une mesure qui ferait grimper le prix des billets de plus de "43% à 54%, selon les régions, juste pour couvrir les coûts" opérationnels, précise l'Iata.

Le trafic aérien était passé de 2,5 milliards de passagers par an en 2009 à 4,5 milliards en 2019. Le coup d'arrêt provoqué par le crise sanitaire devrait être violent pour le secteur. En 2020, il devrait reculer de plus de 25%, soit 1,2 milliards de passagers en moins, d'après les chiffres présentés par l'Organisation de l'aviation civile internationale. Du jamais vu.

Au premier trimestre, Air France-KLM a accusé une perte d’exploitation multipliée par 2,7, à 815 millions d’euros. La perte nette, elle, atteint 1,8 milliard d’euros… 

Le prix des billets d'avion pourrait augmenter de 50% si on oblige les compagnies à pratiquer la distance sociale à bord. -
 Le fret également en hausse
 
 Fin avril, la Fédération des entreprises des Outre-mer (FEDOM) dénonçait de son côté la hausse des coûts du fret aérien entre l’Hexagone et les Antilles-Guyane, assuré par uniquement Air France dans le cadre de la continuité territoriale.

« La hausse du prix du fret aérien (parfois multiplié par trois), causé par la diminution drastique des liaisons aériennes (plus de 80 % des liaisons ne sont plus assurées) est un problème majeur qui s’accroît chaque jour» , alertait alors la FEDOM.

Mercredi 22 avril, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le député Gabriel Serville lâchait : « Que dire de la compagnie Air France qui profite abusivement de sa situation de monopole pour augmenter le coût du fret aérien y compris de manière scandaleuse sur du matériel médical et paramédical ? »

En réponse, le secrétaire d’Etat aux Transports a tenté de dédouaner Air France : « Les prix pratiqués par Air France concernant l’affrètement des avions sont trois fois inférieurs au prix du marché ». Ce à quoi lui a répondu le député Serville : « Il m’importe peu que le prix du fret d’Air France soit trois fois inférieur au prix du marché, car entre Paris et les Outre-mer cette société est assujettie à une mission de service public. »

Air France avait répondu à France-Antilles : « Afin de répondre à la forte demande exprimée notamment par les transitaires, Air France a mis en place des vols supplémentaires en utilisant des appareils utilisés habituellement pour le transport de passagers, dont seules les soutes sont utilisées. L’utilisation de ces appareils à des fins uniquement de transport de cargo n’est pas économiquement viable en pratiquant les tarifs en vigueur sur les vols réguliers. Air France a dû par conséquent revoir ses tarifs à la hausse pour couvrir ses coûts sur ces vols.»
 
Les mesures sanitaires à compter du 11 mai

Air France a déjà annoncé que le masque serait obligatoire à bord des avions à compter du 11 mai, pour les passagers comme pour l'équipage.

D’autres mesures comme un contrôle de la température, des procédures d'embarquement évitant les contacts, la limitation des déplacements pendant le vol, une restauration à bord "simplifiée" et des nettoyages plus fréquents et plus poussés des cabines, sont également à l’étude.

Dans son discours sur le déconfinement, Edouard Philippe n'a pas mentionné de distanciation sociale dans les avions, seulement du port du masque obligatoire.

À l’arrivée dans les collectivités d’Outre-mer, vous devez également présenter une attestation de déplacement international et les pièces justificatives de votre déplacement. 


 Programme des vols

 La reprise de l’activité à Air France reste étroitement liée à l’évolution des restrictions de déplacements et des mesures sanitaires demandés par les autorités. 

À ce jour, le programme du mois de mai restera similaire à celui que la compagnie opère depuis quelques semaines maintenant, à savoir : 
- 2 fréquences par semaine entre Cayenne et Paris CDG. 
•  Les arrivées de Paris ont lieu le lundi et jeudi
•  Les départs de Cayenne le mardi et le vendredi
• 1 vol régional par semaine, le mardi, entre la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe
Pour la compagnie française, les remboursements des billets d’avion représenteraient une somme trop importante, alors même que ses activités sont quasi à l’arrêt depuis le 17 mars. -







Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire
4 commentaires
A la une