France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Macouria

À Kamuyeneh, une route et bientôt du courant

Mercredi 20 février 2019
À Kamuyeneh, une route et bientôt du courant
Promenade sur la nouvelle route, histoire de se dégourdir les jambe et de discuter - Michel Le Tallec

La voie desservant le village amérindien en bordure de la RN1 a été officiellement réceptionnée et inaugurée. Des travaux d’électrification devraient suivre.

«Attention, c’est une voie communale, il va donc falloir respecter la limitation de vitesse à hauteur de 30 km/h ! » Après les discours traditionnels, cette réflexion en forme de boutade a amusé, vendredi après-midi, au village amérindien Kamuyeneh, sur la commune de Macouria. Ce jour-là, était en effet officiellement réceptionnée la route qui dessert les maisons de ce village situé au bord de la RN1. Une réception qu’a saluée le chef coutumier Fabrice Labonté, soulignant néanmoins au passage « que l’achèvement de ces travaux viennent enfin honorer un engagement pris en juillet 2017 et combler en partie un retard structurel de trente ans. Reste maintenant à entamer les travaux d’électrification et d’évacuation des eaux usées (*). Il en va de l’avenir du village et de ses enfants. »

Confiance mutuelle

Dans sa réponse, le président Rodolphe Alexandre a rappelé que cette voie « constitue le second investissement lourd de la CTG en direction de la communauté amérindienne, après celui consenti au village Pierre, à Saint-Laurent, où nous avions financé la construction d’une maison pour les jeunes, d’un stade de football... » Le président de la CTG a insisté sur la « notion de confiance mutuelle qui règle tout et permet de réussir ensemble ».

De son côté, Gilles Adelson, le maire de Macouria, a souligné « sa satisfaction de voir que, peu à peu, s’améliorent les conditions de vie, même s’il reste encore du chemin à parcourir ».

Avant que les officiels et quelques villageois ne parcourent les quelques centaines de mètres de la nouvelle voie, deux habitantes de Kamuyeneh ont entamé un chant traditionnel en langue amérindienne. Un chant qui raconte l’histoire d’une jeune femme, qui, un jour, décide de quitter son village, pour enfin prendre elle-même son destin en main.

Michel LE TALLEC

(*) Les travaux d’électrification du village devraient débuter sous peu, sous réserve du versement par le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) de la somme de 70 000 euros. Le montant estimé des travaux est de 169 000 euros  : 57 000 à la charge de la CTG, 42 000 pour la mairie de Macouria, le reliquat en provenance, donc, du Feader. L’évacuation des eaux usées est à la charge de chaque propriétaire.

Un kilomètre de long

4 mètres de large

Deux voies

Béton

Quatre mois de travaux

Coût : 520 000 euros

Financé à 100 % par la CTG (maître d’ouvrage délégué).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Paassy 20.02.2019
De qui se moquent-ils ? C'est un gag ?

C'est complètement indécent de voir des élus tout sourire en train d'inaugurer un bout de voirie en dur, d'un village situé sur le littoral en bordure de nationale, et qui n'a toujours pas l’électricité en 2019 !!!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une