France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CULTURE ET TRADITION

Wapa : 40 ans au service de la culture Guyanaise 

Alain PAULMIN Jeudi 1 Octobre 2020 - 08h27

Katy Panelle est la présidente de l'association WAPA

Afficher toutes les miniatures

L’origine du nom Wapa est issue d’un arbre que l’on retrouve sur le plateau de Guyane. Son bois très résistant est utilisé pour la réalisation de bardeau, poteau, piquet et bien entendu pour la construction de maisons également. Un bois résistant aux intempéries. Autrement dit : Wapa c’est du solide ! Gros plan sur l'association du même nom fait sa rentrée ce samedi à Cayenne.

L’Association Folklorique Culturelle Guyanaise Wapa, c’est une histoire de famille qui a débuté avec Rosange Blérald, première présidente. L’aventure démarre le 05 juillet 1980 avec ses trois filles et son mari.

Il faut dire aussi que Auxence Contout a été un sympathisant très actif qui a porté sa contribution à cette création. Aujourd’hui Domiciliée à Cayenne, résidence Mont-Lucas 1 Bat F N°90, 2ième étage.?
WAPA, une histoire de Femme à la barre !

Durant 27 ans, Rosange Blérald a dirigé l’association de main de maître, avant son décès en mai 2007, moment très difficile pour tous les membres de l’association qui n’ont pas baissé les bras par la suite.

C’est en toute logique que sa fille Patricia Blérald a repris le flambeau pour 6 ans jusqu’en 2013 afin de poursuivre le travail.

Depuis c’est Katy Panelle qui est aux commandes, une association qu’elle connait bien pour l’avoir intégré depuis l’âge de 14 ans en 1989.

Très volontaire, les femmes ont toujours été les «poto mitan » de l’association, mais la présidente tient à saluer la présence des hommes qui ont toujours été à leurs côtés. Elle revient pour France-Guyane sur les temps forts passés et à venir.
Quel Bilan pour ces 40 ans d’existence ?

C’est un bilan très positif avec la réalisation d’un certains nombres d’événements.
Par ailleurs en raison de la pandémie, nous n’avons pas pu fêter nos 40 bougies.
Nous avons été au Festival Lang & Kilti Kréyol à Saint- Denis en Métropole. Wapa a sur ses tablettes, ou dans son palmarès :

- 7 festivals
- Une dizaine de pièces de théâtre
- Une comédie musicale,
- 2 CD
- 4 hommages d’auteurs Guyanais tels Auxence Coutout, Jules Linguet, Mr Stephenson que nous avons mis en scène.
- 3 mémoriaux depuis le décès Mme Blérald.
Notre stand devant Chez Nana au village durant la période du Carnaval et ce depuis 2 ans, connait un franc succès.

Nous fonctionnons par des prestations de cantique de noël, et prestations de danses folklorique.
L’évolution de l’association se résume à quoi ?
A mon arrivée l’association était essentiellement basée sur les jeunes et on pouvait observer un intérêt grandissant pour les différentes activités de celle-ci, on a eu par moment près de 120 membres.

Au fil des années, on a eu l’arrivée des activités sportives, d’autres cultures, une diversité de danses par exemple. Et depuis les années 2010, l’association a accueilli de plus en plus de en plus de jeunes sans doute grâce aux autres activités sportives à vocation professionnelle, et les autres cultures notamment les danses venues de chez nos voisins.
Parlez-nous de l’association

Wapa c’est essentiellement de la danse traditionnelle, des activités culinaires, accessoires pour les tenues (Foulards, tissue convwè (pour la fabrication de la robe et du camisar convwè), le camisar c’est un pagne (Kamza en créole guyanais).
L’association se compose d’une soixantaine de membre femmes, hommes et enfants, sympathisants de de 4 ans à 70 ans.
Vous êtes présidente depuis 7ans, est-ce une tâche difficile de nos jours ?

Oui, c’est un poste difficile voire même ingrat parce-que nous avons la responsabilité de tous les membres et nous devons sans cesse chercher à innover, attirer, convaincre pour que l’association puisse continuer à vivre.

Nous devons évoluer avec le temps tout en gardant l’authenticité de notre tradition ou nous transmettons des valeurs pour l’épanouissement de nos membres. Avec une bonne équipe on arrive à faire de très belles choses au sein de celle-ci.

Du travail certes mais c’est un grand moment de plaisir et de fierté pour nos membres, pour évidemment le public à la fin de nos prestations et la réalisation de nos différents projets.
Comment avez-vous traversé la période Covid ?

La pandémie est arrivée au mois de mars alors qu’on venait de participer au Village Nana. Au moment du confinement les membres du bureau ont fait preuve d’imagination en utilisant les réseaux sociaux pour pouvoir garder une certaine animation des membres de l’association, des énigmes en créoles sur le groupe WhatsApp et aussi le jeu de Dolos.

On a participé à Guyane la 1ere à la campagne de prévention sur le Covid « rété an zot Kaz » avec la participation de plusieurs membres, qui a connu un franc succès au niveau de l’association.

Un fervent défenseur de la tradition, Karl Leveille a lancé une opération sur les réseaux sociaux sur les différents rythmes de la tradition tambour / Chant de Guyane et nous y avons participé activement.

Se retrouver dans une situation pandémique n’était pas chose facile, pour garder en éveil les jeunes mais avec de la persévérance et de la détermination on a su pallier à cette nouvelle façon de bosser.
Quels sont vos différents projets à venir ?

La préparation de différentes actions pour nos 40 ans, reportés en 2021.
- La Messe de l’Association (C’est une tradition au 05 juillet 2021)
- Préparation d’une pièce de théâtre jouée par les enfants et les adultes
- Le Bal populaire
- La compilation des deux CD
- Le spectacle de Difé kako sur les quadrilles des Antilles-Guyane (spectacle déjà joué dans l’hexagone dans son intégralité mais pas en Guyane). Avec la complicité de Difé Kako on aimerait permettre aux Guyanais de découvrir cette réalisation.
- En clôture un Big Voyage dont la destination est à déterminer.

 
L'heure de la rentrée pour WAPA

Ce samedi 03 octobre 2020 à 17h00 à l’école Marie-Lucette Boris à Cayenne.
Une réunion de rentrée et de présentation avec le protocole Covid en vigueur.
Les nouveaux adhérents sont également conviés.

A l’ordre du jour :
Présentation du Bureau
Présentation de l’association
Lecture du protocole
Lecture du règlement intérieur
Présentation des tenuesCotisation + fiche d’inscription
Pot de bienvenue

Pour tous contact :
0694 99 67 02 La chargée de Communication
0694 41 10 56 La présidente
0694 92 70 47 La vice-présidente
mail : panelle.katy@orange.fr

 
 
Le bureau

Présidente : Katy Panelle

Présidente d’Honneur : Patricia Blérald & Auxence Contout (décédé en janvier 2020).

Vice-Présidente : Alioka Varasse

Trésorière : Maria- Louisa Bloud

Trésorière Adjointe : Annick Anneal

Secrétaire : Marie-Octavie Reivax

Chargée de Communication : Laurlenn’ Reivax

Responsable Tambouyen : Claude Chong- Pang

Responsable Culinaire : Nathalie Saïbou & Marie-Thérèse Ringuet 

Les répétitions se déroulent le mardi de 18h00 à 20h00 et le samedi de 17h00 à 21h00 à l’école Marie-Lucette Boris à Cayenne.
 
 
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos