UN NOM, UNE HISTOIRE

UN NOM, UNE HISTOIRE

UN NOM, UNE HISTOIRE

Coudreau est obligé de rester quelque temps au village du capitaine François. Il attend la fin de la construction d’une pirogue pour continuer sa remonter de l’Oyapock. Il s’ennuie ferme.

« Ce village est le village où l’on ne peut rien faire : le canot est à peine commencé. Pas de farine de manioc. Presque tous les hommes ont la fièvre. Le vieux François travaille un jour à sa pirogue et se repose trois. On n’entend que des voix nonchalantes, traînantes, exaspérantes. « Ce village est d’une incurie qui n’a pas de nom. Bien qu’il se trouve une assez grande quantité? de manioc mûr, la cassave manque quelquefois ; les femmes ne prennent pas la peine d’en faire. Le plus souvent,...
franceguyane.fr 581 mots - 24.06.2021
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous


Le premier mois à 1€

Pass numérique 1 jour

Accès au site pendant 24h pour 1,70€
Voir toutes les offres