UN NOM, UNE HISTOIRE

Le phare de l’enfant perdu

Le phare de l’enfant perdu

C’est un îlot, un bout de rocher étroit qui fait le dos rond à un peu plus de dix kilomètres des côtes de Guyane.

 Très tôt, il est apparu que la côte, réputée traîtresse, devait être signalée aux navigateurs. Pourtant, ce n’est que le 2 décembre 1863 qu’un phare était inauguré par le gouverneur Tardy de Montravel. À l’époque, c’était un simple fanal alimenté au bois, puis au pétrole, par deux forçats confiés à une redoutable gardienne, la mer. Les deux bagnards devaient être relevés régulièrement et tout au moins être ravitaillés, mais les difficultés d’abordage sont telles qu’il arriva qu’on oublie...
franceguyane.fr 520 mots - 27.04.2021
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous


Le premier mois à 1€

Pass numérique 1 jour

Accès au site pendant 24h pour 1,70€
Voir toutes les offres