UN NOM, UNE HISTOIRE

L’or et Saint-Élie

L’or et Saint-Élie

Si le site de Saint-Élie est de nos jours bien connu, il l’était tout autant de la population du territoire voici quelques milliers d’années. En effet, à l’occasion de la construction du barrage de Petit-Saut et avant sa mise en eau, les archéologues ont pu retrouver plusieurs centaines d’anciens lieux d’occupation amérindiens dispersés sur tout le bassin, depuis les rives de la Sinnamary jusqu’au sommet des collines. Une richesse jusqu’alors insoupçonnée. Se serait-on trompé sur le taux d’occupation des sols de l’intérieur ?

Saint-Élie doit son existence moderne à la découverte de l’or dans le placer de Théophile Vitalo en 1873. Le placer avait pris le nom, bien trouvé, de Dieu Merci. Il s’agissait du plus riche de Guyane, ce qui fit la fortune de son propriétaire. Il s’agissait aussi de la seule vraie mine de la colonie avec une galerie qui s’enfonçait sous terre jusqu’à 34 mètres de profondeur. La mine fut même équipée d’une voie de chemin de fer de 38 km, qui permettait le ravitaillement depuis la gare Tigre,...
franceguyane.fr 404 mots - 10.09.2021
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous


Le premier mois à 1€

Pass numérique 1 jour

Accès au site pendant 24h pour 1,70€
Voir toutes les offres