• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
UN NOM, UNE HISTOIRE

Jour de baptêmes à Cottica

Chronique, la Guyane, un nom, une histoire Jeudi 3 Juin 2021 - 14h38
Jour de baptêmes à Cottica

Quand le père spiritain Brunetti part en tournée sur le Maroni, il ne s’agit pas de tourisme. Le révérend va visiter ses ouailles. Il s’agit de faire connaissance avec une population peu connue encore en cette fin du XIXe siècle. De village en village, en remontant puis en descendant le fleuve, le père ne « parle que du Bon Dieu », comme dirait sœur Sourire.


Une mission d’évangélisation qui peut durer plus de deux mois. En cette année 1883, le père en est à son quarantième jour de voyage, il en a prévu soixante-dix, c’est le retour vers le littoral. Il note « 4 avril » sur son journal, date de son arrivée à Cottica, village boni qu’il a visité à l’aller, lieu de résidence du gran man Anato.

Le père Brunetti a su se montrer convaincant, sa foi l’a sans doute aidé, car le gran man des Bonis désire embrasser la foi du missionnaire et entrer au sein de la sainte Église apostolique et romaine par le baptême. Il sera suivi en cet acte solennel par son épouse et ses trois enfants. À cette occasion, Anato deviendra Paul, sa femme Pauline, les trois filles Henriette, Marie et Madeleine.

Cinq autres Bonis dont deux enfants seront aussi baptisés au cours de la cérémonie solennelle dans la petite chapelle improvisée, décorée de feuillages et de tentures. La mère du gran man et sa tante, infirmes et âgées, seront, elles aussi, baptisées mais à domicile. La journée se terminera par la bénédiction du village.

« À l’occasion de son baptême, le gran man invita les capitaines à sa table, qui fut copieusement servie de volailles, de gibier et de poisson (...) avec du vin et d’excellent café de Cottica pour la fin », note le religieux.

Avant le repas, un grand conseil avait eu lieu, présidé par Anato, au cours duquel il fut décidé à l’unanimité que: « Dans la tribu des Bonis, tout le monde sera baptisé. (...) Le père Brunetti étant chargé de leur envoyer le plus tôt possible un missionnaire pour les instruire et les préparer au baptême. En même temps ils construiraient une haussou-gadou – chapelle ».

 
PLONGEZ AU CŒUR DU PATRIMOINE GUYANAIS
En 2008, France-Guyane lançait une nouvelle rubrique intitulée « Un nom, une histoire » . L’idée n’était pas alors de refaire l’histoire exhaustive de la Guyane, mais de zoomer, par touches successives sur des instants ou des destins, des évènements et des hommes, qui ont fait du pays ce qu’il est aujourd’hui. Plus de 250 chroniques quotidiennes ont été publiées par France-Guyane. Elles ont ensuite été éditées en trois tomes chronologiques, toujours en vente aujourd’hui en librairie, par les éditions Orphie. Chaque semaine, retrouvez des extraits de ces chroniques dans notre nouvel hebdomadaire et plongez ainsi dans l’histoire du péyi Guyane !
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Culture

L'histoire d'Apatou

Bernard MONTABO / Illustrations : Archives départementales de Guyane, Collections privées ] Archives France-Guyane - Lundi 24 Mai 2021

 À l’origine il ne s’agissait que de la résidence d’un homme, nous dirions Aluku,...

1 commentaire
A la une
1 commentaire