France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Man Sérotte, cinq ans après

P.R. Samedi 19 Septembre 2020 - 10h30

Man Sérotte gardienne de la tradition créole guyanaise (photo HENRI GRIFFIT)

Ouvrière infatigable de la musique et de la danse traditionnelle guyanaise, Gisèle Gaillou Sérotte est décédée le 18 septembre 2015, à son domicile de l'avenue d'Estrées, à Cayenne. Souvenirs. 

Gisèle Sérotte, connue de tous sous le nom de Man Sérotte, est morte à son domicile de Cayenne, il y a aujourd'hui cinq ans, à l'âge de 94 ans. Pilier de la culture guyanaise, elle avait créé le groupe folklorique Buisson Ardent en 1940. Les amateurs de rythmes traditionnels se souviennent des soirées de la salle Konvwé, toujours restées gratuites, qu'elle a longtemps animées à son domicile de l'avenue d'Estrées.

Man Sérotte étant alitée depuis plus de dix ans, le lieu fut ensuite loué pour d'autres types de soirée. Et ce n'est que lorsque la grande dame est tombée malade que les soirées se sont définitivement arrêtées.

Née aux alentours du 25 juin 1921 à Malmanoury, Gisèle Sérotte a été déclarée à Sinnamary et élevée à Cayenne. Sa passion de la tradition, elle la tenait de sa mère Mathilde Gaillou, elle-même chanteuse de gragé. Dame de caractère, Man Sérotte est parvenue à faire perdurer la tradition créole quasiment à elle seule durant longtemps. Des soirées du samedi soir au rez-de-chaussée de sa demeure, sont sortis des chanteurs comme José Sébéloué ou le défunt Silo.

Man Sérotte a été de nombreuses fois décorée, notamment de la médaille de Chevalier de l'Ordre national du mérite en 1976, par Valéry Giscard d'Estaing, et de la Légion d'honneur en 2003, par Jacques Chirac.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une