• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Culture

Littérature : « Aïyana, chasseuse de fourmis », roman historique et « très moderne »

Samuel Zralos Dimanche 27 Septembre 2020 - 17h58
Littérature : « Aïyana, chasseuse de fourmis », roman historique et « très moderne »
Aïyana, chasseuse de fourmis, de Marie George Thébia. - Plume verte

Deuxième tome d’une série de romans jeunesse inspirés de l’histoire et des cultures guyanaises, le livre de Marie George Thébia plonge les lectrices et lecteurs dans la vie d’une jeune fille Wayana. Des aventures ancrées dans un passé romancé, qui abordent aussi des thèmes contemporains, comme le féminisme.

Après Mon nom est Copena l’an dernier, le deuxième livre de Marie George Thébia pour la collection pour enfants de l’éditeur Plume verte nous entraîne dans l’histoire et les mythes du peuple Wayana. L’autrice guyanaise a réalisé lors du « choc » de 2017, « que la Guyane était une vraie mosaïque », dont certaines composantes étaient en « souffrance », invisibilisées. D’où l’idée d’un livre qui est aussi pour cette professeure d’histoire et historienne une « réparation ». « C’est un plaidoyer », explique t-elle, « on doit le respect aux peuples amérindiens, ils étaient là avant nous ».

De cette « prise de conscience en tant que créole que la Guyane est multiple », elle a tiré un roman parfois dur, - il tirera sans doute quelques larmes aux plus jeunes -, à l’écriture empreinte de respect pour son sujet. Accompagné dans les dernières pages d’informations pédagogiques sur la culture Wayana, ce court roman, illustré par Marie Verwaerde, se veut aussi précis que possible. « Tous les dessins ont été scrutés à la loupe pour ne pas être dans le faux », détaille celle qui a tenu par le passé une chronique dans France Guyane. Quant aux textes, ils ont été relus pour vérification historique par Mireille Badamie, chercheuse spécialiste du sujet.
Une œuvre « féministe »

Mais Aïyana, chasseuse de fourmis n’est pas seulement un roman qui traite du passé. C’est aussi un texte « féministe », confie sa génitrice, « une vision moderne » des femmes et de leur force. Ce n’est certainement pas un hasard si on y suit une héroïne forte, responsable, qui prend en main sa destinée. « On peut semer des petites graines, de manière discrète », affirme l’autrice. Elle est heureuse d’avoir aussi placer dans ce roman « un message de tolérance vis-à-vis des garçons un peu efféminés ». « Les enfants peuvent être très cruels », constate l’enseignante, « il faut qu’ils comprennent qu’il faut de tout pour faire un monde ».

« Ce sont des thèmes qui ne sont pas abordés dans la littérature jeunesse en Guyane », alors même que « contrairement à ce qu’on pense, il y a un combat à mener en Guyane » pour l’égalité hommes-femmes. Enthousiaste, la cinquantenaire constate que « la jeune génération conteste des situations inacceptables, ce que n’ont pas fait leurs mères et leurs grand-mères » et souhaite y apporter sa pierre.
Donner envie de lire

Et Marie George Thébia ne compte pas s’arrêter en chemin : le troisième tome de sa série jeunesse est  « en phase d’illustration » et doit paraître l’an prochain. On y suivra les péripéties d’un jeune garçon de Sainte-Lucie dans la Guyane des années 1930, nous apprend l’autrice. Une série avec laquelle elle espère globalement « susciter envie de lire chez nos jeunes », qui se détournent souvent de la lecture face à la « concurrence très importante des écrans ».

Le livre en tant qu’objet « n’est pas considéré comme merveilleux » en Guyane regrette celle qui est tombée amoureuse de l’écriture il y a une quinzaine d’années. Alors elle tente de faire évoluer cette mentalité, par exemple en accompagnant son livre de fiches pédagogiques, sur le site de l'éditeur, à destination des enseignants. Et espère, optimiste malgré tout, que ses « petits bouquins vont s’inscrire dans le temps » et peut-être être « lus sur plusieurs générations ».

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Une

EN PHOTOS : Encore quelques heures pour...

HRE / Photos : Katryn Vulpillat - Dimanche 20 Septembre 2020

 

A la une