• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Culture

Les arts de rue veulent reprendre leur place

Samuel Zralos Lundi 22 Février 2021 - 08h32
Les arts de rue veulent reprendre leur place
Des enfants du quartier malgache en plein atelier de cirque. - Samuel Zralos

Après une année 2020 marquée par le Covid-19 et de grandes difficultés à se produire en public, circassiens et autres musiciens de rue commencent à reprendre leurs marques sur le territoire guyanais.

 16h30, vendredi dernier, au quartier malgache de Saint-Laurent du Maroni, Benjamin Hurtrez rassemble une dizaine d'enfants, surtout des garçons, autour de lui, dans une ambiance détendue, pour deux heures d'atelier d'initiation au cirque et au jonglage. Premier exercice, compter l'un après l'autre, sans se répéter. Après quelques essais, le groupe - qui va de 8 à 14 ans à vue d'œil - y parvient dans un applaudissement collectif. Place aux exercices suivants, dans une joyeuse déambulation. Au fur et à mesure, l'animateur rajoute des conditions, des choses à faire, avec toujours un point central, les interactions entre participants.

Pour les plus grands, rendez-vous à 19h pour le spectacle « Trans'it » de Cirk'Anard, porteurs du projet avec Malabar'ouf, dans le cadre de la politique de la ville. Entre les deux, en centre ville, la compagnie Cirkonexion propose elle aussi un spectacle de clown, devant une trentaine de personnes assises sur l'herbe de la place verte, malgré le vent qui vient complexifier le jonglage.

Deux spectacles gratuits sur une même journée, un hasard du calendrier qui vient illustrer le - encore timide - retour des arts de rue à Saint-Laurent du Maroni et plus généralement en Guyane. La compagnie Cirk'Anard se produit ainsi dans le cadre d'une tournée commencée en novembre, qui doit la voir passer dans tous les quartiers de la capitale de l'Ouest, devant et pour leurs habitants.

Déjà rodés par des spectacles à Margot ou à Prosperité, notamment, ils seront prochainement à Saint-Jean (le 5 mars) et Espérance (le 20 mars), avec un chaque fois un atelier d'initiation avant la représentation.

Une « demande des financeurs », qui « convient très bien » à Mathieu de Cirk'Anard, heureux de ces rencontres d'avant spectacle et plus généralement réjoui de retrouver les planches et le public. D'autant que « le spectacle de rue est vachement adapté à la Guyane, c'est une façon d'échanger, de partager les cultures », commente David, de Malabar'ouf.
Une jauge toujours à 40 places

La vie artistique n'est pas pour autant encore revenue à la normale sur le territoire, nuance Mathieu, « à 300% pour ne faire que 10% de com' », à cause de la limitation du public à quarante personnes. Bien sûr, il est content de pouvoir travailler, contrairement à ses collègues de France hexagonale, mais « il faut être vraiment motivés pour jouer, c'est super fatiguant. On voudrait dire à tout le monde de venir, mais [...] pour l'instant on nage entre deux vagues ».

Entre deux réglages du son et des lumières, l'homme hésite en optimisme et inquiétude : « Là où ça colle c'est qu'on vient dans les quartier, on rassemble pas plein de monde, on vient à eux. Mais les limitations restent super frustrantes ».

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Une

En 2021, chômer les jours gras était-il aussi...

XP.LP. - Samedi 20 Février 2021

 

7 commentaires
A la une
1 commentaire
2 commentaires
3 commentaires