France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
PERSONNAGES DE MYTHES ET LÉGENDES... (3/6)

Le mèt bwa, maître de la forêt

Thomas FETROT Mercredi 21 août 2013
Le mèt bwa, maître de la forêt

Ils sont fascinants, surnaturels, parfois terrifiants ou, pire, diaboliques. Tous sont des personnages légendaires qui peuplent les contes ou les croyances populaires. Aujourd'hui, le mèt bwa.

Depuis dix jours, personne n'a la moindre nouvelle de Georges et Ti Polo. Ni leur famille, ni leurs amis. Leur soudaine disparition inquiète car, lorsqu'ils partent chasser, l'oncle et son neveu ne sont jamais absents plus d'une journée. Mais là, rien. Alors la rumeur commence à se répandre. Ils auraient été enlevés par le maître de la forêt. Un être d'apparence terrifiante qui règne sur les bois. Evidemment, les plus rationnels ne croient pas une seconde en cette fable. Il ne s'agit que d'un personnage de conte tout juste bon à effrayer les enfants. Jusqu'à ce que, trois mois plus tard, Georges et Ti Polo réapparaissent.
Le jeune homme l'affirme : c'est bien le mèt bwa qui a les enlevés, son oncle et lui. « Il est gigantesque, explique le garçon dans un discours décousu. Il a des bras énormes, de grosses jambes, il a une barbe et tout son corps est recouvert de poils... » Un récit que l'on n'entend plus guère de nos jours. Pour diverses raisons.
La principale est que le mèt bwa, ou le maite boi (orthographe adoptée par l'historien Auxence Contout dans son ouvrage intitulé « Contes et légendes de Guyane » ), s'il est une des figures emblématiques des récits amazoniens, est un personnage qui n'inspire plus la même peur qu'auparavant.
« Parce qu'aujourd'hui, les personnes qui se perdent en forêt, on les retrouve » , s'amuse Armand Hidair.
Le spécialiste passionné par l'histoire de la Guyane explique que le mèt bwa est issu d'une légende africaine. « Il est présent dans le conte créole, mais en Haïti ou à Trinidad, par exemple, on ne le connaît pas. »
UN PERSONNAGE SOLITAIRE
Rien de surprenant, dans la mesure où la forêt n'y est pas l'élément naturel prédominant, à la différence de l'Amazonie.
Le mèt bwa est né dans la forêt. Abandonné par ses parents, il a grandi auprès des bêtes qui peuplent les bois. « Il les commandent, souligne Armand Hidair. Il n'est pas méchant, il se nourrit de fruits, mais il peut vous garder pendant trois mois s'il vous enlève. Il intervient toujours dans la disparition de quelqu'un. Et quand une personne qui s'est perdue en forêt revient, elle dit qu'elle a vu le mèt bwa et que c'est lui qui lui a indiqué le bon chemin. »
Le maite boi est donc un être gigantesque. Il mesure près de trois fois la taille d'un homme normal. Poilu, barbu, il possède une force surhumaine qu'il tire de la nature qui l'entoure. « Il peut briser un arbre et jeter le tronc » , assure Armand Hidair.
Il est parfois décrit avec une seule jambe. Il utilise alors un tronc d'arme en guise de canne pour marcher. S'il est un personnage solitaire, il peut aussi, au hasard des récits, devenir plus sociable. Comme dans « La guerre des proverbes » , d'Auxence Contout, dans lequel le maite boi tombe amoureux de l'envoutante sirène, Manman dilo.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire