• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Lancement des journées du patrimoine à Saint-Laurent-du-Maroni

Véronique NORCA Samedi 19 Septembre 2020 - 09h47
Lancement des journées du patrimoine à Saint-Laurent-du-Maroni

Comme partout en France, les journées européennes du patrimoine ont débuté hier à Saint-Laurent du Maroni. Le vernissage de l’exposition « tan fè tan » de Marion Combart de Lauwe a donné le coup d’envoi.

Barbara Bartebin
Que représentent les journées du patrimoine cette année ?
"Les journées du patrimoine à Saint-Laurent sont un événement exceptionnel, qui permet de faire partager à la population son patrimoine. Ces journées sont faites pour eux. Elles sont l’occasion de découvrir leur environnement et leur histoire."
Quelle est la place de la politique culturelle pour la collectivité ?
"La politique culturelle est un point essentiel, qui a fait partie de la campagne municipale : mettre en valeur le patrimoine de la ville. Nous avons pour projet de demander l’inscription des monuments de la ville au patrimoine de l’UNESCO."
Comment avez-vous appréhendé l’organisation d’un tel événement en période de crise ?
"L’organisation a été un peu compliquée face à la situation sanitaire. Nous avons choisi d’alléger le programme, mais de maintenir la manifestation. Nous espérons que les habitants seront suffisamment en confiance pour venir et se réapproprier les lieux restés fermés durant plusieurs mois. La majorité des activités nécessitent une réservation pour répondre aux nécessaires gestes barrière. J’invite la population à venir voir, participer aux ateliers, visiter les deux expositions et découvrir les nouvelles propositions de l’office du tourisme."



Juliette Guaveia, Médiatrice du patrimoine
Pouvez-vous nous en dire plus sur le programme ?
"Samedi toute la journée et dimanche matin, pour le camp de la transportation, il y aura des visites classiques, mais aussi un concept totalement nouveau crée par l’office du tourisme, ça sera la surprise. Il y aura également des visites guidées des quartiers informelles, des réserves et collections, très exceptionnelles car rarement ouvertes au public. Vous pourrez découvrir les techniques de restauration avec un chef de chantier, spécialiste de la restauration des bâtiments anciens.

Ce soir, à ne pas rater, le vernissage de l’exposition de Edson Ferreira de Moraes « le peuple du bagne : l’histoire en recyclage ». C’est un artiste autodidacte qui fait du « recyclart » en utilisant ce que l’on considère comme des déchets : plastique, chaines rouillées, télé hors d’usage. Il les réutilise, leur donne une deuxième vie et en fait des objets d’art. Il nous parle du bagne d’un point de vue assez novateur : il cherche à savoir si on peut donner une deuxième chance que ce soit aux objets ou aux personnes. Et après cette soirée de vernissage, il y a une projection de quatre court-métrages réalisés par « chercheurs d’autres », sur les enjeux de l’évolution du peuple wayana. Ces films ont été coconstruits avec des professionnels de l’extérieur et des habitants du Haut Maroni, dont certains ce sont professionnalisés à travers ce projet. Ça sera très intéressant.
Quelles ont été les contraintes techniques sur l’organisation de ce weekend ?
"Ça a été compliqué, parce qu’évidemment il y a des règles qui changent pour s’adapter à la situation sanitaire. On a commencé à préparer il y a plusieurs mois. Un événement est acté habituellement environ deux mois à l’avance, là on a encore fait des changements il y a une semaine. Mais on avait vraiment à cœur de proposer un événement culturel et patrimonial, à l’instar de Madame le Maire et de ne pas s’arrêter de vivre, mais de s’adapter au contexte."



Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
2 commentaires