France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La première école de Rémire,un joyau du patrimoine

Eugène ÉPAILLY Jeudi 27 Juin 2019 - 03h10
La première école de Rémire,un joyau du patrimoine
Entrée officielle de l'ancienne école de Rémire - Eugène Epailly

Bâtis au cœur de l’habitation Beauregard, Il ne reste plus à Rémire que deux vestiges originaux de la période coloniale : la mairie et l’école. Inscrite au Loto du patrimoine (lire par ailleurs) , cette dernière est restée quasi intacte depuis la fin du XIXe siècle.

En 1883, la Guyane ne compte que neuf communes. Rémire-Montjoly n’existe pas encore en tant que telle. Ce qui sera plus tard le bourg de Rémire est assimilé à l’Île de Cayenne avec pour point d’ancrage la ville capitale.

En 1885, Iracoubo et Sinnamary possèdent déjà leur école primaire. Le décret du 25 février 1891 promulgué en Guyane, enregistre la naissance de Rémire. La seconde est celle de la commune de Matoury, plutôt que «  Tour de l’Île  ».

Le 28 octobre 1891, le bulletin officiel de la Guyane, (BOG), dans son arrêté 765 annonce la création de plusieurs écoles laïques. C’est le cas de Rémire où l’on implante la première école des garçons et une seconde, de filles.

Le recensement de 1890 dénombre alors 55 garçons de moins de 14 ans et 53 filles dans la même tranche d’âge. Difficile de les imaginer fréquentant la seule école du bourg. Il n’est pas précisé le nombre de classes. Au regard des nominations futures, un certain nombre d’enfants ont dû choisir d’autres options communales pour s’instruire.

Le gouverneur Albert Grodet qui administre le pays déclare que «  […] la nécessité de créer de nouvelles écoles dans les communes lacunaires, qui en sont dépourvues ou qui n’en ont qu’une, considérant que le gouverneur a pu personnellement constater, […] les besoins de la population de la Guyane au cours d’une tournée générale dans les communes de la colonie  ». Mais il reste à nommer les enseignants dans une nouvelle commune peuplée de 700 habitants. Deux nominations sont opérées. La première a lieu en janvier. Marcey Pauline, armée de son brevet élémentaire et d’un CAP en pédagogie prend la direction de Rémire.

Un budget évalué à 70 grammes d’or

Même située à 10 km de Cayenne, la route qui relie la nouvelle commune au chef-lieu paraît incommensurablement longue. L’enseignant ne peut pas se permettre de regagner Cayenne chaque jour. Alors il lui faut un logement de fonction et son matériel de survie. L’administration lui attribue alors un trousseau minimum.

Alors que la Guyane se trouve fière de voir ses enfants entrer de plain-pied dans la République, le pouvoir central de Paris décide de supprimer, dans son budget, la somme de 20 488 francs, (70 grammes d’or du moment), nécessaires au salaire des huit instituteurs nouvellement nommés dans les écoles primaire de Guyane, dont celle de Rémire.

En conséquence, l’école des garçons de Rémire est supprimée à partir du 15 avril 1893. Albert Grodet signe l’arrêté malgré lui.

Pour économiser l’argent public, on implanta une nouvelle école mixte dans l’ancienne habitation Beauregard. Entendre par là, que l’enseignante fera face à des classes à plusieurs niveaux d’élèves et à des effectifs pouvant atteindre 40 élèves par classe, contre 25 aujourd’hui.

Mme Tome-Baboul dernière occupante du logement de fonction de l'ancienne école. Elle y a passé quarante ans. - ARCHIVES
800 000 euros à la clé

Le Loto du Patrimoine consiste à porter une aide financière supplémentaire au budget des chantiers de restauration projetés sur le territoire national.

Le Loto du Patrimoine 2019 aidera à financer 121 monuments en France et en Outre-mer. Le tirage du « Super Loto Mission Patrimoine » aura lieu le 14 juillet. Outre le loto officiel, des tickets à gratter d’une valeur de 15 euros et 3 euros seront mis en vente lors de la Journée européenne du patrimoine. En Guyane, deux sites ont été retenus : « La Maison Barcarel » de Saint-Laurent du Maroni et l’« Ancienne école mixte » de Rémire. Ce sont 800 000 euros qui sont attendus par la mairie de Rémire-Montjoly pour compléter un budget de reconstruction plus que de restauration.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Une

K-Reen : coup d’essai, coup de maître

Photos Kathryn VULPILLAT - Lundi 1 Juillet 2019

A la une