France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L’Orchestre populaire de Guyane rentre dans l’histoire

Samedi 16 mars 2019
L’Orchestre populaire de Guyane rentre dans l’histoire
Orchestre populaire de Guyane - roseelieh

Après plusieurs années de gestation, le projet d’Élisabeth Lama s’est concrétisé. Pour la première fois, les meilleurs artistes et musiciens de notre Guyane réunis en big band.

Le mercredi 27 février 2019 est une date à retenir dans l’histoire musicale de la Guyane. En effet, l’OPG (Orchestre populaire de Guyane) a offert au nombreux public de l’Encre un « délice musical » dont la saveur restera inoubliable.

Le maestro Thierry Vaton, avec son regard neuf sur notre musique patrimoniale, a su concocter des harmonies qui ont caressé nos oreilles avec une subtile délicatesse, agrémentées d’une énergie digne des plus grands big band.

Des artistes et musicien reconnus

Le professionnalisme des musiciens ne laisse place à aucune polémique. Les instrumentistes ont fait preuve d’une expertise musicale rarement constatée dans notre département. Quant aux chanteurs, ils ont rayonné par la couleur de leurs interprétations, Alex Corvo faisant résonner l’Encre, Théonie Calumey faisant vibrer son auditoire par sa maîtrise vocale et son expression corporelle vous embarquant dans son univers.

Il faut aussi rendre un hommage appuyé à Élisabeth Lama qui a cru en son rêve et s’est donné les moyens de le concrétiser : « Quand on veut , on peut... » L’artiste Nikko l’exprime si bien dans son titre : « Si to lé fè’l , to pé fè’l, fè’l... »

L’heure de la reconnaissance

Voici une belle démonstration d’audace, de confiance en soi. Croire en ses potentialités, en ses ressources, en ses compétences. Les œuvres de Yvan Rollus, l’un de nos plus grands musiciens, et de Jean Mariéma, présents dans la salle, mais également de Joseph Mondésir, d’Edmond Antoine-édouard, d’Edgar Nibul attendent que nous les remettions en lumière. N’oublions pas Maximilien Saba, moins connu que les autres mais dont l’œuvre est tout aussi prolifique.

Bon vent à l’Orchestre populaire de Guyane et à bientôt on l’espère sur d’autres scènes ou festivals.

Orchestre populaire de Guyane - roseelieh

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
Une

Vu à Soula... Une nouvelle station-service

Michel Le Tallec - Mardi 19 Mars 2019

1 commentaire