France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L’Art Pasi prêt à enflammer Saint-Laurent du Maroni

Vendredi 25 Octobre 2019 - 03h10
 L’Art Pasi prêt à enflammer Saint-Laurent du Maroni
Lolo Cousins au Village chinois, à Saint-Laurent-du-Maroni, le 23 octobre 2019. - Samuel Zralos

Pour la deuxième année consécutive, le festival prend de vendredi à dimanche ses quartiers Place verte et place des Fêtes. Des compagnies de l'Hexagone et de Guyane y sont réunies sous la bannière des « êtres venus d’ailleurs ». Les spectacles au programme du festival d’arts de rue, gratuits, rassemblent cirque, musique et danse.

De cet après-midi à dimanche, la marina de Saint-Laurent du Maroni accueille une vingtaine d’artistes, notamment guyanais, pour la septième édition de l’Art Pasi. Depuis le début de la semaine, une partie des invités de la compagnie Malabar’ouf – qui organise le festival – se produisent dans la ville et ses alentours, en guise de préambule. Mercredi soir, au Village chinois, le jongleur et clown Lolo Cousins a fait rire petits et grands, malgré la pluie qui l’a forcé à rapatrier son numéro en intérieur. Alternant humour noir à destination des parents et jonglage toujours sur le fil de l’échec drôlatique et de la réussite impressionnant, il a intégré les plus jeunes à son jeu, emportant les rires et la sympathie de l’assistance.

Comme lui (il se produira de nouveau aujourd'hui à 18 heures et samedi à 18h30), 19 compagnies envahissent pour trois jours Saint-Laurent, de 16 heures à 1 heure. Les organisateurs ont cherché à établir « une programmation très diversifiée », confie Clémence Daumas, présidente de Malabar’ouf, avec des locaux en nombre, mais aussi trois spectacles venus de l'Hexagone et la présence d’un artiste sculpteur burkinabè.

Parade en ouverture

Le festival intègre un espace artisanal, un espace zen – qui proposera notamment des massages – et un espace enfants avec des animations dédiées aux chérubins, nouveauté de cette année. Parmi les autres innovations, l'arrivée d’un défilé de mode du jeune créateur Adam Aimerisno, accompagné d'showcase de G-Gunz, artiste originaire de Saint-Laurent, ce soir. Ou encore une création « DJ Set », fruit d’une résidence commune de Cirk Biz'arT (venus de Marseille) et des locaux de Latitude Cirque.

Clémence Daumas promet enfin une « grande parade d’ouverture » et un spectacle littéralement « enflammé » signé Malabar’ouf, qui devrait en mettre plein les yeux du public. Quant à ses oreilles, elles auront droit à la batucada d’Energia Pura, troisième à la grande parade de Cayenne lors du carnaval 2019.

Samuel ZRALOS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
A la une
4 commentaires
1 commentaire