• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Kayenn' Kontré : Une conférence-débat sur l'engagement de Turenne Radamonthe, premier secrétaire général de l'UTG

Jade Letard-Methon (j.letard-methon@agmedias.fr) Vendredi 13 Mai 2022 - 15h44
Kayenn' Kontré : Une conférence-débat sur l'engagement de Turenne Radamonthe, premier secrétaire général de l'UTG
Turenne Radamonthe a marqué l'histoire des syndicats en Guyane - Redris

C'est le leader derrière la création du syndicat de l'Union des Travailleurs Guyanais. Si l'histoire de Turenne Radamonthe n'est pas souvent évoquée et peut-être même un peu oubliée, une conférence-débat lui est entièrement consacrée ce vendredi soir. Antoine Karam, en sa qualité d'historien, vous fera (re)découvrir la vie de cet homme, au sein même de la centrale UTG de Cayenne.

Malheureusement, il n’y a rien qui porte le nom de ce monsieur à Mana, je ne comprends pas.” Fernand Radamonthe est vraiment embêté de constater que jusqu’à maintenant la mémoire de son oncle, Turenne, n’est pas honorée dans sa ville natale. En effet, sur tout le territoire, seuls une rue de Cayenne et l’espace où se situe la Caisse Générale de Sécurité Sociale de la Guyane porte son nom. Toutefois, sa mémoire et son œuvre seront mis à l’honneur ce vendredi soir à la Centrale UTG de Cayenne, dans le cadre des conférences “Kayenn Kontré” organisées par la municipalité de Cayenne.
Au travail dès son plus jeune âge
Turenne Radamonthe naît le 10 novembre 1926 à Mana où il passe son enfance. Il arrête l’école très jeune - dès l’âge de 10 ans – pour travailler dans l'abattis familial. Dès 14 ans, son frère, Robert Radamonthe l’initie à l’art de la maçonnerie dans son entreprise qui se situe à la Crique Saint-Jacques : une profession qu’il aura chevillée au corps. Par la suite, les deux frères font un bout de chemin, professionnellement parlant, ensemble avant que Turenne Radamonthe ne fasse des rencontres – comme celle de René Jadfard pour qui il mène campagne activement aux législatives - qui vont le mener sur le chemin du syndicalisme en direction de Cayenne.

Dans le chef-lieu, il participe à de nombreuses constructions que l’on peut toujours voir aujourd’hui telle que les toilettes publiques qui se trouvent sur le boulevard Nelson Mandela. “Il a sacrifié sa famille pour pouvoir travailler pour la classe ouvrière”, raconte encore Fernand Radamonthe. En effet, l’homme de combats n’a pas eu de descendance.
Leader syndical en Guyane
En 1965, on doit à Turenne Radamonthe et aux membres de la section départementale de la CGT dont il a le soutien, la création du premier syndicat guyanais : l’Union des Travailleurs Guyanais. Il en devient dès lors le premier secrétaire général. Le syndicaliste a alors réalisé que les besoins de la classe ouvrière guyanaise nécessite une action et une prise de décision plus localisée. Cet évènement fait mouche dans le paysage syndical hexagonal et en Guyane où on ne compte alors que des cellules départementales de la CFDT, Force Ouvrière et de la Confédération Générale des Cadres.

Si certains lui attribuent la création de l’oriflamme guyanais – vert et jaune flanqué d’une étoile rouge –, on sait avec certitude qu’il l’a choisi comme symbole de l’UTG lors du congrès du syndicat qui se tient en 1967 à Sinnamary. Par ailleurs, Turenne Radamonthe se positionne pour l’indépendance de la Guyane dans les années 1970 et le syndicat en fait de même.

En 1981, le local officiel de la Centrale UTG qui se situe à la Digue Ronjon est inauguré mais cela n’a pas été sans peine. Radamonthe a pu mener à bien ce projet dans un climat de tensions avec le maire cayennais de l’époque, Léopold Héder (dont il est l’adjoint auparavant), au sujet de l’attribution d’un terrain communal pour y placer la construction.

La fin de carrière syndicale de Turenne Radamonthe est marquée par des divergences avec la jeune garde montante du syndicat sur sa manière de diriger ainsi que sur les innovations qu’ils voulaient voir appliquer. Il est d’ailleurs connu pour son caractère bien trempé. Le syndicaliste est intraitable pendant les négociations avec les patrons car il pense que la présence de médiateurs est inutile. “Ça pouvait durer plusieurs jours et aller jusqu’à une ou deux semaines comme ça”, se souvient l’historien Antoine Karam. Ainsi, il a laissé son empreinte sur le syndicat qui est connu pour ne pas faire dans la demi-mesure et être intransigeant pendant les négociations jusqu'à ce jour.

Turenne Radamonthe décède le 09 juin 1989 à Cayenne où il est maintenant enterré dans le cimetière du centre-ville.
 
Conférence-débat sur Turenne Radamonthe ce vendredi soir
La conférence-débat “Turenne Radamonthe, un homme, un engagement” est prévue ce vendredi 13 mai 2022 de 19 heures à 21 heures à la Centrale UTG située au 40, rue Digue Ronjon à Cayenne. L'historien Antoine Karam est le conférencier qui vous fera revivre les moments-clés de la vie du syndicaliste. L’ouverture de la manifestation est laissée aux bons soins de Tambou Lévé quand Steeve Cippe aura pour mission de la conclure. Ce rendez-vous mensuel, initié par la mairie de Cayenne, se tient dans le cadre du cycle de conférences “Kayenn’ Kontré” qui met à l’honneur, tous les mois, une ou plusieurs personnalités contemporaines guyanaises. Ce mois de mai est, par ailleurs, celui des “militants pour le progrès social et politique de la Guyane”.

Le mois de juin 2022 devrait être consacré à la mémoire des héroïnes maronnes Claire, Gertrude et Mariette.
 


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 14.05.2022
tres bon article, merci

de nous faire decouvrir. J'avais deja entendu le nom mais je connaissais pas vraiment qui s'etait. Article super intéressant sur notre "heritage"!

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 14.05.2022
Parti ?

"symbole de l’UTG lors du congrès du parti "
L'UTG est-il un syndicat ou un parti ?
Une question se pose d'ailleurs toujours : un syndicat peut il décider d'un drapeau pour un territoire ?
Mais également, peut on imposer le drapeau d'un parti ou syndicat pour représenter toute une population, et ce sans même lui demander son avis sur la question ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
5 commentaires
A la une