France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
Yann Cléry, musicien et danseur, en concert ce soir au pôle culturel de Kourou

«  Il n’y a pas de frontière dans ce que je peux aimer »

 «  Il n’y a pas de frontière dans ce que je peux aimer »

Yann Cléry se définit musicalement dans un brassage des genres. Sa flûte répond au son tribal amérindien sous fond de mazurka traditionnelle créole. Il y intègre des riffs de basse électro punk, des voix de conteurs, la sienne, des textes engagés de la « Négritude »… Digne héritier de tous les pans de la musique guyanaise, l’artiste, pour autant, choisit le postulat de porte étendard de son « propre château musical » pour la bonne raison que ce sont des inspirations larges et composites sans ordre ni hiérarchie qui font son identité.

Vous êtes flûtiste, chanteur, choriste, auteur, compositeur et producteur. Vous avez incontestablement une décharge ska punk, un son rock. Vous vous qualifiez d’Afropunk amazonien tant vous épousez aussi l’héritage amérindien. Bref, vous intégrez et mélangez un nombre certain de styles de façon spongieuse et fluide. Quel est votre parcours ?

Je suis né en Guyane, j’ai vécu mon adolescence en Guadeloupe puis en France métropolitaine. Mes parents avaient des goûts très éclectiques ; on écoutait...

France-Guyane 1885 mots - 21.09.2019
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous

À partir de 8€ /mois

Achetez une formule à l'acte

Accès au site pendant 24h A partir de 1,70€
Voir toutes les offres