• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Culture / Saint-Laurent du Maroni

Depuis Saint-Laurent, Véronique Pierre dessine pour des millions de fans

Samuel Zralos Mercredi 14 Octobre 2020 - 03h03
Depuis Saint-Laurent, Véronique Pierre dessine pour des millions de fans
Glow up de Princesse Tiana, publié le 5 septembre 2020. - Véronique Pierre

Saint-Laurentaise de 25 ans, cette dessinatrice passionnée a acquis sur Tik-tok une renommée internationale

Accompagnée de sa sœur, Véronique Pierre, s'installe face à nous, dans un café de Saint-Laurent du Maroni, en cette fin d'après midi. A 25 ans, la jeune femme, qui travaille dans un collège de la ville, est une saint-laurentaise comme les autres. A un détail près, pas si petit : ses dessins sont vus par plusieurs millions de personnes sur les réseaux sociaux.

C'est en particulier sur Tik-tok que cette artiste a connu le succès. Elle a rejoint l'application chinoise fin 2018 « avant que ça explose ». A l'origine, il ne s'agissait que de se créer un compte personnel, mais elle a vite partagé croquis et dessins terminés. Sur une idée de sa grande sœur, elle a créé un deuxième compte, consacré à son art. Ce qui s'avère avoir été une très bonne idée.
Disney et le succès

La reconnaissance est venue avec ses dessins de princesses Disney. Ou plutôt ses vidéos de glow up , où elle présente des reprises de dessins qu'elle embellit en y apportant sa touche. « J'ai vu que c'était en tendance », explique-t-elle d'une voix posée.

Elle a d'abord dessiné Ariel, de La petite sirène , vidéo qui a eu un certain succès, puis en décembre dernier, « j'ai fait Jasmine [de Aladdin] et ça a explosé ». La première nuit, son œuvre a été vue un million de fois, compte doublé le jour suivant. Aujourd'hui, les vidéos de Véronique Pierre atteignent parfois les cinq millions de visionnages.

Entre temps, elle a diversifié ses oeuvres, mais reste majoritairement fidèle aux dessins animes. « Très grande fan de Disney », la dessinatrice a ainsi fait une série de méchants de Disney en version glow up et des représentations de princesse dans notre vie quotidienne plutôt que dans leur monde de féerie. Deux sujets très peu abordés sur Tik-tok d'après elle. On trouve aussi, au fil de ses galeries, quelques figures d'Amérindiennes, en hommage à ses origines.

@veroniica95

##pov ????Princess Belle as Villain ???? ##disney ##disneyprincess ##princess ##disneyvillain ##villain ##evil ##tiktokart ##fyp ##foryou ##viral ##artist ##halloween

? Dont call me angel Lana verse - A.M.

La rançon de la réussite

Son succès réjouit forcément la jeune adulte, qui a beaucoup dessiné collégienne, avant de s'arrêter et d'y revenir au tournant de la vingtaine. Aujourd'hui, c'est « une de [ses] plus grandes passions », qu'elle pratique depuis quatre ans en numérique, uniquement à la tablette graphique.

En revanche, elle goute beaucoup moins les commentaires haineux qu'elle reçoit parfois sur son art. « C'est dur, forcément, on n'est pas habitué. Au début, il m'a fallu un temps d'adaptation », confie-t-elle en grimaçant. D'autant que les attaques se sont multipliées après la parution d'un article sur ses œuvres dans Buzzfeed, un média américain très populaire.

Déterminée à ne pas « s'arrêter » à ces messages négatifs, Véronique Pierre tente malgré tout de répondre au mieux aux commentaires de ses fans, d'interagir avec sa communauté, les fidèles de ses publications. « J'ai de la chance, j'ai vraiment un public qui me suit » fidèlement, lâche-t-elle dans un grand sourire, qui vient vite remplacer la grimace précédente.
Des projets plein la tête

Quand on l'interroge sur la suite de son travail, la saint-laurentaise commence par dire qu'elle n'est pas sûre, puis, sous les remontrances bienveillantes de son aînée, dévoile petit à petit ses espoirs. La tête visiblement sur les épaules - et avec une grande sœur qui veille au grain - la créatrice commence par expliquer que des entreprises l'ont déjà sollicitée, notamment pour des logos. Elle n'a pas encore accepté, mais y réfléchit. Plus avancée sur les dessins sur commande - elle reçoit une dizaine de demandes par jour -, la dessinatrice a créé sa vitrine en ligne, établi des tarifs, mais doit encore se préparer avant d'ouvrir officiellement boutique.

Surtout, Véronique Pierre voit plus loin. En parallèle de sa production sur les réseaux, elle aimerait écrire et dessiner un livre jeunesse sur la Guyane. « J'avais dans l'idée que ce soit des amérindiennes avec un peu de magie » rêvasse celle qui se définit comme « une grande enfant ».

Une grande enfant sérieuse, qui ne s'emballe pas, bien consciente que, malgré ses millions de vue, elle ne vit pour le moment pas de son labeur. Elle aimerait bien mais, « pour l'instant le dessin reste une passion ». Notamment parce qu'il lui « faut trouver le temps » de dessiner, de filmer et de publier des vidéos Tik-tok, tout en continuant de s'entraîner, de s'améliorer. Le tout à côté « de journées intensives » à son travail salarié.

Pas de quoi faire reculer Véronique Pierre. Elle préfère retenir et se réjouir de la présence sur Tik-tok d'enfants qui « s'inspirent » de son style, de sa production. Une petite consécration qui « fait plaisir » parce que « ça leur donne envie de dessiner ». La jeune artiste termine son verre et se lève, toujours souriante. A son retour de notre entretien, nul doute qu'elle va rallumer sa tablette et, peut-être, faire sourire d'autres jeunes et moins jeunes avec ses œuvres.

• Suivez Véronique sur Tik Tok !

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire
4 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos