France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Dariana Abé : « Ma seule concurrente, c’est moi »

Propos recueillis par Marlène Cléoma Jeudi 12 Décembre 2019 - 03h00
Dariana Abé : « Ma seule concurrente, c’est moi »
MIss Guyane, Dariana Abe STUDIO DES CANDIDATES A L'ELECTION MISS FRANCE 2020 - LA PLAINE SAINT DENIS, FRANCE - 11/2020 - BERTRAND NOEL/SIPA

Samedi, l’Apatoucienne Dariana Abé tentera de remporter à Marseille le prestigieux titre de Miss France. Si c’est le cas, elle deviendra la deuxième miss guyanaise à être sacrée Miss France après Alicia Aylies en 2017. L’élection sera retransmise en direct sur ViàTV à 16h50. La jeune femme se confie sur sa préparation qui a eu lieu à Tahiti.

Comment vous sentez-vous à quelques jours de l’élection et comment s’est passé votre préparation ? 

Je vais bien. C’'est juste que je me sens un peu fatigué et après 18h je me sens un peu faible physiquement. Mais, c’est juste de la fatigue physique, je sais que je vais tout donner le jour J.

Parlez-nous de votre rencontre avec les autres candidates ? 

Surprise. Lorsque je les aie toutes rencontrées, je les aie trouvées très belles ! Je me suis demandé si j’étais aussi belle. Mais l’approche s’est faite rapidement et nous sommes très solidaires.  Si je ne comprends pas quelque chose, je peux demander à une des filles de m’expliquer le travail à faire.  L’ambiance est bonne. 

Avez-vous créé des liens avec une des miss en particulier ? 

Oui, avec miss Martinique et miss Limousin. Mais avec les autres nous entendons de mieux en mieux.

Quelle est la journée type d’une future miss France ? 

Le soir, nous recevons notre planning, ça dépend des jours : quelquefois, ils vont nous imposer une tenue, d’autres jours, ils nous diront de mettre ce que nous voulons, cheveux attachés ou pas.  à midi : nous allons manger et à 13h nous devons être à l’entraînement.  Ça s’enchaîne avec les chorégraphies, élocutions, culture générale, démarches, les cours de bonnes manières, du genre comment manger une crevette (rires). Chez moi, je mange la crevette avec les doigts, mais non, il faut prendre une fourchette un couteau, enlevez la carapace sans se salir les mains. 

Qu’est-ce qui est le plus dur dans la préparation ? 

Les chorégraphies. Au début, c’était compliqué, car je ne savais pas faire. C’était assez stressant, je n’aime pas ne pas savoir faire quelque chose. Dès que j’ai assimilé, je me suis amusé et j’ai tout donné.

Comment se passe la concurrence avec les autres miss ? 

Ma seule concurrente, c’est moi. Je sais où je vais. Je ne regarde pas pour les autres. Je me donne les moyens d’aller au bout.

Êtes-vous favorite pour la couronne ? 

Oui. 

Qu’est-ce qui va faire la différence selon vous ? 

Mon naturel et mon sourire. Une fois sur scène, je n’essaierais pas de me transformer. Je vais rester moi-même. Soit ça passe , soit ça casse. Je veux que les personnes puissent voir que je rayonne ! J’espère que je vais réussir mon discours afin de faire passer le message que je souhaite faire passer. 

Auriez-vous des regrets si vous n’êtes pas élue ? 

J’ai déjà tout gagné. En Guyane, je suis la première guyanaise bushinenge à être élue miss Guyane. Je sais qu’à travers moi, il y a des petites filles qui voudront me suivre. Elles vont se dire, oui c’est possible. 

Votre danse a été critiquée par une personne qui « estime que miss Guyane doit représenter la Guyane » et dit que votre danse ne représente pas la Guyane et que vous auriez dû vous présenter à miss Suriname... ». Que répondez-vous ? 

Il faut savoir qu’en Guyane, il y a le créole, le bushinenge, l’amérindien, etc. Je suis Guyanaise bushinenge. Je ne sais pas danser sur du Kasèko, gragé, Lérol... je ne sais pas danser sur de la musique indienne, mais je sais danser la danse awassa qui est une danse traditionnelle bushinengé.

Dariana Abe / photo DR - dr

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 13.12.2019

On peut aussi se demander s'il n'y a pas des sujets plus importants en ce moment pour la Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
Josse 13.12.2019

Vous dites ça parce qu'elle ne correspond pas à vos critères de beauté ou d'origine.
Ou bien n'est-elle simplement pas fille ou membre de votre kolletif apéro/domino/dodo ?

Ne mérite t'elle pas de représenter la Guyane?

Gégé ??? allo ???

C'est tellement mieux de parler de la Guyane pour ses squats, ses mules, ses assistés, ses édiles corrompus...

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 13.12.2019
Additif

Par ailleurs, son interview fait écho à la déclaration de la Sud Africaine Zozibini Tunzi couronnée Miss Univers à Atlanta le 8 décembre dernier : http://video.lefigaro.fr/figaro/video/nous-devons-apprendre-aux-filles-a-diriger-lance-miss-univers-2019/6114247834001/

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 13.12.2019

Cette "première guyanaise bushinenge à être élue miss Guyane" est fort sympathique et plutôt cash ! Nature et bien évidemment fort jolie (bon, comme la plupart des filles de Guyane !). Bref, on lui souhaite toute la réussite possible.

Répondre Signaler au modérateur
GIZMO 12.12.2019
Encouragements

Pour une future miss France bushi et tout aussi guyanaise que les créoles !!!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une