France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Confinés en cuisine pour le bouillon d’awara (3/3)

Samedi 11 Avril 2020 - 12h05
Confinés en cuisine pour le bouillon d’awara (3/3)
Claire découpe les légumes pour le bouillon d’awara. - A.G.

Rien n’arrête la préparation du bouillon d’awara, pas même le Covid-19. Chez Claire Chinon, à Cayenne, on n’ose pas envisager de passer Pâques sans ce mets incontournable. 

C’est demain que se déguste le bouillon d’awara, et l’heure est aux derniers préparatifs. Les crabes sont toujours aux abonnés absents près de la crique. Cette année c’est donc avec des crabes de Madagascar, que Claire prépare son bouillon. Ceux-ci sont découpés en morceaux avant d’être immergés dans une marinade composée de sel, d’ail et de citron. Les crevettes viennent les rejoindre. Celles-ci n’ont pas été décortiquées : « ça donne plus de goût, on enlève seulement l’intestin », précise Claire. Les crustacés vont mariner toute la nuit.

Faire mariner les crabes et les crevettes cette nuit en perspective du bouillon d'awara - A.G.

Après les crabes, c’est au tour des légumes de passer sur la planche. La préparation du concombre piquant requiert quelques explications ! « On les gratte avec une pointe de couteau pour enlever les piquants. On les coupe ensuite en deux, puis on les presse pour extraire les graines », indique Claire. Les épinards, eux sont simplement coupés en tronçons et les concombres longes en cubes. Le chou, facultatif, est coupé en six.

Tout est prêt pour le jour J. C’est demain matin que les douces effluves du bouillon d’awara viendront parfumer le foyer ! En ces temps de confinement, Claire regrette cependant de ne pas pouvoir, comme chaque année, organiser un repas avec une grande tablée. « Le repas est assuré mais le nombre de convives restreint. Ce n’est pas grave je ferais quelque barquettes pour la famille et les amis », soupire-t-elle. Et il est fort probable que ces paniers repas amèneront un peu de réconfort en ces temps difficiles. En ce week-end de Pâques, ne cédez pas à la tentation de sortir : restez chez vous !

Pour être prêt à temps pour le repas dominical, Claire nous donne la marche à suivre demain matin :
Verser le pâte d’awara dans une grande marmite sur feu doux.
À petite ébullition, ajouter les épinards, les concombres piquants et le chou.
En attendant, sauter les crabes et les crevettes à l’huile avec de l’ail et un oignon émincé.
Quand les légumes sont cuits, ajouter les haricots, les concombres longes, les queues de porc ou le bœuf, dessalés la veille.
Mettre les crabes et les crevettes revenus dans la marmite.
Ajouter le poisson et le poulet boucanés.
Laisser mijoter une dizaine de minutes et servir avec un riz chaud !

Si qui se frotte à l’awara, s’y pique, Claire rappelle que « qui goûte le bouillon d’awara reste en Guyane ou reviendra un jour ! »
Le bouillon d'awara est prêt ! - A.G.


Si vous aussi cette année, malgré le confinement, vous dégustez votre bouillon d’awara à la maison, envoyez-nous vos photos sur france.guyane@agmedias.fr. Nous les publierons sur notre site la semaine prochaine. 
Les ingrédients pour 6 personnes
• 1 machoiran d’environ 2 kg
• 6 cuisses de poulet
• 3 à 4 queues de porc en saumure
• 1 kg de crevettes
• 1 kg de crabes
• 2, 5 kilos de pâte d’awara
• 1 kg de concombres longes
• 1 kg de concombres piquants
• 1 kg de haricots verts
• 1 chou blanc
• 1 kg d’épinards
• Piment
• Citrons
• Ail
• Oignons
• Pain sec
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
3 commentaires
1 commentaire