France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Confidences de touloulou

Vendredi 25 Janvier 2019 - 03h00
Confidences de touloulou
L'exposition multimédia se compose d'une pièce sonore, « Au royaume des touloulous », d'une série photographique, « Parée, masquée », d'une installation vidéo immersive, « La nuit, je danse » et d'une performance vidéo, « Éclore ». - Angelique GROS

L’exposition multimédia Au royaume des touloulou réalisée par les artistes Laure Chatrefou et Anne Guillon s’installe à Saint-Laurent, au camp de la Transportation, jusqu’au 21 avril. Le touloulou s’y dévoile et s’y montre comme rarement.

«Tu peux me proposer d’aller au Brésil, à Paris, m’offrir un billet d’avion, il n’est pas question que je quitte la Guyane en période de Carnaval. » Cette confidence on peut l’écouter aux côtés de nombreuses autres en pénétrant dans l’exposition multimédia Au royaume des touloulou. Il aura fallu près trois ans de création au cœur de l’univers des bals paré-masqué aux artistes Laure Chatrefou et Anne Guillou pour arriver au bout de ce projet que le public peut découvrir à Saint-Laurent du Maroni, dans la salle de la relégation du camp de la Transportation jusqu’au 21 avril.

Installation vidéo

Le travail de la vidéaste Laure Chatrefou puise ses racines dans une démarche de valorisation des danses traditionnelles à travers le miroir contemporain. Après s’être notamment penchée sur le Debaa, à Mayotte, elle vient en Guyane en 2016, pour faire de premiers repérages. « J’ai voulu montrer comment les femmes, qui sont les reines de ces bals, se réinventent en dansant et en se masquant alors que c’est plutôt rare qu’elles aient une place centrale dans le carnaval. » Pour percer les mystères du carnaval guyanais et de ses bals paré-masqué elle a réalisé plus d’une centaine d’interviews à Saint-Laurent et à Cayenne. Au fil de l’exposition, le visiteur sillonne entre une série de photos où les touloulou se réapproprient l’espace, s’invitent au marchés ou sur les berges du Maroni. Le parcours s’achève sur une installation vidéo projetée sur cinq panneaux. « On a cherché à faire en sorte que le spectateur se sente invité à danser et ait l’impression d’être à l’intérieur d’un dancing. Chaque écran montre un point de vue différent : le touloulou qui se repose, les hommes qui attendent, etc. » En parallèle, Laure Chatrefou tiendra une conférence intitulée Les voix de la ville, portraits de Saint-Laurentais au dancing, le jeudi 31 janvier, à 18h30.

Angélique GROS

 Au royaume des touloulou, au camp de la transportation à Saint-Laurent du Maroni jusqu’au 21 avril dans la salle de la relégation collective. Entrée libre. Cette exposition est également visible au musée international du Carnaval et du Masque de Binche, en Belgique jusqu’à mars. La pièce sonore qui ouvre l’expo sera diffusée sur Arte radio à la fin du carnaval et sera disponible en podcast.

Anne Guillon (à gauche) et Laure Chatrefou -
L'exposition multimédia se compose d'une pièce sonore, « Au royaume des touloulous », d'une série photographique, « Parée, masquée », d'une installation vidéo immersive, « La nuit, je danse » et d'une performance vidéo, « Éclore ». -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

josy 25.01.2019
super!

Bravo st Laurent!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une