France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Carnaval et état d'urgence : quelles restrictions ?

P.R / K.S. Vendredi 08 janvier 2016
Carnaval et état d'urgence : quelles restrictions ?
Des voltigeurs habillés en treillis, avenue De-Gaulle (photo d'archives)

État d'urgence oblige, les forces de l'ordre devraient redoubler d'attention lors des défilés carnavalesques, cette année. Peu de restrictions toutefois, si ce n'est celle de défiler avec des armes factices.

Suite aux attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre, l'état d'urgence est proclamé sur tout le territoire jusqu'au 11 février, avec possibilité de reconduction. Un dispositif exceptionnel qui impactera quelque peu la période du carnaval cette année. Ainsi, la mairie de Cayenne a décidé de réduire d'une heure les parades du dimanche. Celles-ci devront se terminer à 18 heures au lieu de 19 heures les années précédentes. Un arrêté municipal précise en fait que les groupes ne pourront plus intégrer le circuit après 19 heures. Une façon donc d'anticiper les groupes retardataires... En outre, la grande parade de Cayenne, qui aura lieu le dimanche 7 février, démarrera à 17 heures, contre l'avis des groupes qui auraient préféré une parade nocturne.
PAS D'ARMES FACTICES
Concernant les participants, peu de restrictions sont prévues. La préfecture a simplement décidé d'interdire le port d'armes factices dans les défilés, ainsi que les gilets porte-munitions. Les carnavaliers qui se rendraient aux parades avec de fausses armes seront contrôlés par les forces de l'ordre. En cas de refus de « rendre » leurs armes factices, les carnavaliers risquent le placement en garde à vue. Les « voltigeurs » peuvent par contre se rendre aux parades en treillis ou tenue de camouflage comme à leur habitude. La préfecture précise enfin qu'elle déconseille aux carnavaliers de se déguiser en « tenue de combat s'apparentant aux tenues djihadistes » .

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

cleo 09.01.2016

Les groupes qui ont pris l'habitude depuis plusieurs années de sortir tard,et dans la pagaille,auront du mal à se plier à ce dispositif....

Répondre Signaler au modérateur
Hush 08.01.2016
Rigolo

Quel titre marrant !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Culture

Kourou, capitale du carnaval 2019

Aurélie Ponsot - Lundi 14 Janvier 2019

A la une