France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

VAVAL 2020 SELON ABEL ADONAÏ

Samedi 18 Janvier 2020 - 03h25
 VAVAL 2020 SELON ABEL ADONAÏ
L’atelier est l’univers de l’artiste. C’est là que prennent corps toutes ses créations. - SERGE RAVIN

Le carnaval vient de débuter que déjà des critiques s’élèvent contre la représentation du roi Vaval cette année. Les personnes ne suivent pas toujours les créateurs dans leurs cheminements. Nous sommes allés à la rencontre d’Abel Adonaï, à l’origine du Vaval 2020.

Comment est né Vaval 2020 ?

C’est le deuxième Vaval que je créé. Le premier était un dragon*. L’idée c’est l’union. Cela faisait déjà un an que nous travaillions là-dessus. On a voulu représenter un thème d’actualité. On parle souvent des peuples autochtones, des gens du fleuve et on a voulu représenter les peuples premiers, les Amérindiens et les Noirs marrons. C’est parti de là. Ensuite, j’ai soumis une maquette qui a été validée par l’Union régionale des comités de festival et carnaval de Guyane pour pouvoir finaliser le costume.

Par quel cheminement êtes-vous arrivé à cette réalisation ?

Il a fallu un mois de travail pour commencer la maquette et arriver à la réalisation. J’ai rassemblé une petite équipe car sur des projets comme celui-là j’aime bien travailler en collectif. J’ai travaillé avec un autre artiste Albert Ambouille. On s’est concerté. Il a sculpté plusieurs accessoires que j’ai complétés avec mes couleurs et j’ai aussi sculpté d’autres éléments.

Les jeunes artistes participent-ils souvent au sein de votre équipe ?

Oui souvent. Je reçois tout le temps des jeunes qui viennent travailler dans mon atelier et qui viennent chercher des conseils. Des gens viennent aussi de l’extérieur de la Guyane et me questionnent sur des procédés techniques. Je reçois régulièrement des jeunes qui viennent en formation durant une ou deux semaines. Lorsque j’ai des réalisations de ce type je fais appel à eux pour les faire participer. Pour ce Vaval 2020 il y a eu des petites mains qui ont contribué à la réalisation de l’œuvre tout en faisant leur apprentissage dans mon atelier.

Pensez-vous déjà au prochain Vaval ?

Le Vaval des années passées a souvent été critiqué. Je suis très revendicateur sur mon pays. Je me bats artistiquement parlant pour mettre la barre un peu plus haute. J’ai voulu faire un beau Vaval. Pour le prochain il faudra que d’autres artistes prennent la main pour élever encore le niveau. C’est ce qui s’est fait l’année dernière, il y a eu un Vaval magnifique. La Guyane regorge de très grands artistes et dans tous les domaines.

Serge RAVIN

* L’arrivée de Vaval en 2018 sous l’aspect d’un dragon s’est faite par les airs en hélicoptère à Roura, sur les bords de l’Oyack.

Abel Adonaï termine une commande pour un groupe carnavalesque - SERGE RAVIN
Mercredi matin nous avons rencontré Abel Adonaï au travail dans son atelier - SERGE RAVIN
Pour sa prochaine sortie Vaval sera retoqué. On aperçoit sur le sol la tunique, les bottes, le Katoury et le bâton / photos SR - SERGE RAVIN

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
Guyane

… et Kourou lance son carnaval

Mercredi 15 janvier 2020

A la une
3 commentaires
1 commentaire