France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK

« Sa ki pa kontan, sa a ki yé malad »

« Sa ki pa kontan, sa a ki yé malad »

Le carnaval déchaîne les passions. Il y a les pour et les contre. Au détour de la pause café, c’est la société guyanaise qui se dévoile.

Lauryann : « Pendant cette période, les gens qui n’aiment pas le carnaval ne me contactent pas. »

Lucie : « Le carnaval a une connotation diabolique. Pendant cette période c’est open bar et après on pardonne tous les péchés. Non mais sérieux ? »

Lauryann lance la lecture d’une chanson sur son téléphone : Sa ki pa kontan, sa a ki yé malad.

Lucie : « Quand j’étais petite, je n’allais pas à l’école le jour de la parade ou alors y avait une tatie qui nous gardait à l’école et on faisait des...

France-Guyane 627 mots - 21.02.2019
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous

À partir de 8€ /mois

Achetez une formule à l'acte

Accès au site pendant 24h A partir de 1,70€
Voir toutes les offres