France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Neuf semaines dans le rétro

Gabrielle Trottmann Jeudi 07 mars 2019
Neuf semaines dans le rétro
Soirée d'ouverture du Progt, le 21 janvier 2019. Premières biguines et premières mazurkas sur un sol... caoutchouté ! - Bernard Dordonne

Adieu touloulou, parades et bals paré-masqués... Retour sur neuf semaines de fête intense en Guyane.

Le carnaval a été particulièrement long cette année et l’ambiance a mis un peu de temps à décoller... Mais les dernières semaines ont été particulièrement denses, entre la grande parade de Kourou, celle de Cayenne et les jours gras.

Le dispositif policier a été renforcé cette année, diminuant sensiblement le nombre de règlements de compte entre les voltigeurs, malgré une première rixe qui a fait neuf blessés place des Palmistes, à Cayenne, dès les premières semaines du carnaval : « On a quasiment pas eu à intervenir, cette année », se réjouit le président du groupe Kassialata, Stéphane Sainte-Foi. Les groupes doivent désormais régler leurs factures : près de 23 500 euros de confection pour le groupe Kassialata.

Dans les dancings

Plutôt palais régional omnisport Georges-Théolade (Progt) ou chez Nana ? Pour la première fois, les Mécènes avaient signé cette année avec le Palais régional omnisport de Matoury, changeant quelque peu les habitudes de leurs fans qui allaient jusqu’alors danser chez Polina. La salle, dotée d’une capacité d’accueil de 2 200 personne, a été transformée pour l’occasion en « Grand palace »... Et le succès semble avoir été au rendez-vous ! Le président d’ADC Evenementiels, Philippe Alcide Dit Clauzel, qui gère les deux salles, se félicite : « C’était une très belles saison. Le Progt a très bien marché. Chaque salle a trouvé son public. » Des négociations seraient déjà en cours afin de repartir pour une nouvelle saison de bals à Matoury l’année prochaine...

Et l’année prochaine ?

Le carnaval est mort, vive le carnaval ! L’année prochaine, le roi Vaval fera son arrivée en Guyane le week-end du 11 janvier. Les bals commenceront dans la foulée ou le week-end qui suit, en fonction des disponibilités des organisateurs. Le carnaval durera une semaine de moins que cette année et s’achèvera le 26 février.

La parade du 3 février à Cayenne. - P.-Y.C.

 
Les touristes toujours pas au rendez-vous

Vous n’avez pas dû entendre beaucoup parler anglais ou allemand dans les rues cette année pendant le carnaval. Si le bilan exhaustif de la fréquentation touristique n’a pas encore été dressé, le miracle tant attendu par les professionnels du secteur n’a pas encore eu lieu.

Le président du Syndicat des opérateurs de tourisme, Jean-Luc Lewest, fait état d’un taux de remplissage à 39 % chez ses adhérents sur la période : « Malgré les espoirs suscités par l’installation de Norwegian Airlines, nous n’avons pas connu de hausse de fréquentation par rapport aux années précédentes. » Même son de cloche du côté du président du club des hôteliers, François du Boulay : « Mais nous nous adressons principalement a une clientèle d’affaires, les meublés et les locations en Airbnb ont peut-être fait mieux. »

Les inquiétudes sont d’autant plus vives que la compagnie low-cost Norwegian Airlines vient d’annoncer son départ de la région, l’hiver prochain. Pourtant, le comité de tourisme de la Guyane a mené plusieurs actions pour valoriser le carnaval cette année : un défilé de couturiers, une journée de valorisation du patrimoine carnavalesque la semaine dernière, une opération séduction aux Antilles... Sans parler de la publication du Guide du routard, financé par le ministère des Outre-mer, et de la série produite par Canal+, Guyane, qui a placé le département sous les feux des projecteurs.

Jours gras : l’office de tourisme fermé
 
Pour le délégué de l’Agence de développement touristique Atout France en Guyane, Didier Bironneau, c’est le manque d’investissements dans le secteur qui est en cause : « Les budgets prévisionnels que nous avions établis dans le cadre du schéma régional de développement du tourisme et des loisirs n’ont pas été voté », selon lui. L’agence a réalisé une étude concernant les investissements touristiques par département en 2017, qui place la Guyane en bonne avant-dernière du classement, juste devant Mayotte. Le Comité du tourisme de la Guyane est actuellement en train de réviser sa stratégie pour les prochaines années.

Autre problème : le manque de clarté concernant l’organisation des festivités. « Tout le monde agit de son côté, il n’y a pas de programme commun », déplore l’ancien président de l’union régionale du carnaval, Emmanuel Prince. Pour un touriste, savoir ce qui se passe pendant le carnaval, où et à quelle heure, n’a rien d’une évidence. Et les offices de tourisme ne sont pas toujours d’un grand secours : celui de Cayenne était fermé cette année encore pendant les jours gras. La donne va peut-être bientôt changer : l’office de tourisme de la Communauté d’agglomération de communes du littoral, qui hérite de cette compétence dans le cadre de la loi Notre, envisage de revoir sa politique d’accueil d’ici à l’année prochaine.

G. T.
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Bouaké 08.03.2019
Trop long et très peu respectueux

Trop long, trop bruyant, peu respectueux et cela après les fêtes des communes, de Noël, etc. (la fête tout le temps!!!). Comment avoir envie d'aller voir une parade quand les groupes se sont entraînés plusieurs fois par semaine et après 22h00, et puis quelles parades! Un groupe avec le même tee-shirt qui tape sur des barriques avec une sono derrière et sans sourire. Les touristes ne viennent pas, il suffit d'aller simplement voir en Martinique, les rues sont propres, les routes moins dangereuses, et les locations moins "harnaqueuses". D'ailleurs, on y retrouve beaucoup de Guyanais créoles.

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 08.03.2019
C'est quoi ce cirque (Suarez) ?

"d’une capacité d’accueil de 2 200 personne". A seulement 3000 il faut écrire "personnes" ?
Il manque le bilan des délits et crimes causés pendant le carnaval ayant pour raison les trop nombreuses beuveries ?
L'année prochaine, 8 semaines ! Ne changez rien.
Le tour de Guyane à vélo sur une ligne droite, le carnaval toutloulourd, les "music awards" avec pour 1er prix une embauche dans une mairie, tout va bien. Il faudrait combiner les 3 disciplines pour les miss et misters sur un vélo en tenue de carnaval à pousser la chansonnette " Vas-y Francky, c'est bon !".
Le ridicule ...
A quand un site commun de tous les événements à venir en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 07.03.2019

Quand les créoles comprendront que tout le monde, à part eux, s’en fout du carnaval. Tourisme ? Office fermée les jours gras...la blague. Le problème vient de la qualité du travail local. Il faut juste assumer que c’est nul et que ça n’attire personne. Une fois ce postulat accepté, on arrête d'admirer son nombril et on se bouge.

Répondre Signaler au modérateur
Renato973 08.03.2019

Le carnaval guyanais a une dimension uniquement locale et çà convien t comme çà aux guyanais, c'est cela qu'il faut comprendre

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 08.03.2019

C’est marrant parce que c’est jamais présenté comme vous le dites. C’est toujours le plus ceci, le mieux cela, l’UNESCO, etc. Les attentes sont toujours énormes en « fameuses » retombées économiques notamment via le tourisme et au final jamais rien.

Répondre Signaler au modérateur
josy 07.03.2019
Esbroufe du ctg

L'égérie rêveuse du tourisme en Guyane n'a pas pris la parole sur cet échec touristique ! Au fait ? Et l'UNESCO?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Culture

Cayenne et Kourou voient rouge

Jeudi 07 mars 2019

T

A la une