France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Nadège Chauvet dans son meilleur rôle

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH / photos : Sylvain BLS Photography Mardi 29 Janvier 2019 - 17h02
Nadège Chauvet dans son meilleur rôle
photos : Sylvain BLS Photography

La chanteuse, toujours aussi populaire chez les carnavaliers, revient cette année avec un nouveau titre : « Le meilleur rôle ». Une mazurka chaloupée comme elle les affectionne et dont le texte parlera assurément à tout le monde. Interview parue dans le Mag du 26 janvier !

Bonjour Nadège, pouvez- vous nous présenter votre nouveau titre « Le meilleur rôle » ?
Bonjour Le Mag ! « Le meilleur rôle », c’est l’histoire de deux femmes. D’un côté, Marie-Laure, une femme mariée et de l’autre, Marjorie, une « seconde femme », pour ne pas dire maîtresse. Cette dernière fréquente donc un homme marié et met tout en place pour le charmer et mettre du piquant dans sa vie. Diners au chandelle, dentelles... Marjorie la « seconde femme » cherche à être heureuse, mais en fin de compte la pauvre se retrouve seule toutes les nuits. De son côté Marie-Laure néglige son couple, entre le travail, les enfants, la maison... Elle ne fait des câlins à son mari qu’une fois de temps en temps. Finalement, les deux femmes souffrent. L’une n’a pas l’amour qu’il lui faut parce qu’elle néglige son mari et se sent négligée en retour, à cause du train-train quotidien. L’autre souffre aussi et se sent seule...
Qui a donc le meilleur rôle finalement ?

C’est l’homme bien sûr car lui ne dort jamais seul ! Que ce soit avec Marjorie ou Marie-Laure, il a toujours quelqu’un dans ses bras.
C’est une histoire qui va parler à tout le monde...

J’ai en effet beaucoup de retour sur les paroles. Cela touche les gens. Qui n’a pas vécu ça? On a tous connu cette situation, mais il faut en sortir rapidement. Car finalement tout le monde souffre, même pour l’homme c’est une mauvaise situation. Comme je dis dans la chanson, « il n’y a que souffrance ». Mais bon, le vaillant ça reste quand même l’homme (rires) !
Vous revenez avec un style que vous a affectionnez particulièrement

Oui, c’est une mazurka chaloupée. Cela correspond à ce que je suis et à ce que j’aime dans la musique : la douceur. On dit que je suis celle qui a emmené ce style dans le carnaval guyanais. C’est important dans une soirée d’avoir un moment de calme, pour pouvoir souffler au milieu de tout ce piké ! « Meilleur rôle » est dans la même veine que le titre « No komisyion ».
« No komisyion » est d’ailleurs sorti il y a trois ans. Le public vous le demande-t- il toujours ?

Ohlala oui, à chaque fois. D’ailleurs, je l’ai chanté aux Lindors derniers (en septembre 2018, ndlr). Jusqu’à maintenant, le public me réclame cette chanson lors des prestations, avec « Fanm pès » aussi.
photos : Sylvain BLS Photography -

Comment expliquez-vous votre popularité constante, alors que vous n’êtes pas omniprésente sur le devant de la scène ?
Je ne sais pas. Le public apprécie peut-être ma rigueur, mon personnage et ma soif de toujours faire mieux.
Vous n’êtes pas une chanteuse qui donne dans la provocation

Ce n’est vraiment pas moi. Je ne concours pas (rires). Je ne sais pas faire, si je m’inspire de ça je ne vais pas y arriver. Je reste moi, je fais avec ce que j’ai. L’envie de plaire à mon public est très importante pour moi. Quand on réalise une chanson, c’est d’abord pour soi, mais aussi pour satisfaire les gens.
Où pourra-t-on vous voir durant ce carnaval ?

J’ai présenté « Le meilleur rôle » au public à Rémire-Montjoly, lors de l’arrivée du Prince Armire. Je fais un peu le tour des communes, à Sinnamary, Kourou... Je serai également les 7 et 14 février au Moonlight avec FBI !
Un album de Nadège Chauvet est-il bientôt prévu ?

C’est en préparation. Je ne sais pas comment en définir le style. Il y aura de la biguine, de la mazurka non piké, un peu jazzy. De la musique guyanaise, mais également inspirée de ces mazurkas que l’on écoute aux Antilles et qui me parlent énormément. Mon papa est Martiniquais, je pense que c’est pour ça ! Il n’y aura que des inédits. Je vais travailler avec divers compositeurs. Je suis déjà en studio.
Le carnaval 2019 vous semble-t-il bien parti ?

Il m’a l’air très riche cette année. Il y a pas mal de sorties d’albums, les musiciens sont tous prêts. Et puis le Roi Vaval est très élégant. Ce serait dommage de le brûler ! Le créateur a fait un gros travail.
Comment voyez-vous le départ des Mécènes de Polina ?

C’est dommage pour le public guyanais, les carnavaliers et aussi pour les touristes. Polina est une salle vraiment conçue pour les bals paré-masqué, à l’image des Touloulou. Ce côté lumineux va nous manquer. On souhaite le meilleur aux Mécènes au Progt !

 
 
Nadège Chauvet, « Le meilleur rôle », disponible à Sun Studio (13, Boulevard Mandela, Cayenne), Boutique Idéale (75 Av du General Charles de Gaulle, Cayenne), Chapy Chapo (1 Madame Lydie Pichevin, Cayenne), et sur la page Facebook de Nadège Chauvet
 
 
photos : Sylvain BLS Photography -



Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

josy 30.01.2019
La réalité

Énormément de femmes se reconnaîtront soit en marjo soit en Marie lo!

Répondre Signaler au modérateur
PEACE & LOVE SPEAKER 30.01.2019
undefined

undefined

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
Culture

La parade du littoral en images

Photos : Tifox Bruno - Dimanche 24 Février 2019

A la une
1 commentaire