France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Mayouri Tchô Nèg porte les couleurs guyanaises en Guadeloupe

Propos recueillis par Marlène Cléoma Lundi 25 Février 2019 - 15h47
Mayouri Tchô Nèg porte les couleurs guyanaises en Guadeloupe

Ses couleurs rappellent le drapeau de la Guyane. Double tenant du titre du concours Mizik lari, le groupe Mayouri Tchô nèg fascine par son inventivité. Depuis huit ans maintenant, il met l’ambiance dans le cœur d’un public venu en nombre pour scander son nom. Victime de son succès, il est invité au carnaval de Guadeloupe par le groupe Kasika. Nous avons rencontré Pascale Promeneur, présidente depuis cinq ans, alias Maman Mayouri.

Bonjour Pascale, quel est le secret de l’énergie de Mayouri ?
Notre secret c’est l’amour. Personnellement, je sais que je démissionne chaque année, mais je suis encore là (rires). Mayouri partage beaucoup pendant et en dehors du carnaval. Plus que ça, nous nous amusons, nous aimons donner à un public toujours aussi enchanté par le carnaval guyanais. Mais avant tout, Je dirai qu’il faut beaucoup de communication et écouter tout un chacun.
Que faites-vous en dehors du carnaval ?
Mayouri fait en sorte de voyager ensemble tous les deux ans. Nous partons pour un séjour au Surinam, à New York, des pique-niques. Nous passons même des 31 décembre ensemble.
Toujours inventif, chaque détail compte, qui vous inspire ?
Après le Carême, nous nous rencontrons lors d’une réunion, nous demandons à chaque membre de proposer un thème, un costume. Par la suite, nous nous mettons en réunion de bureau pour le choix final pour le costume qui va être retenu pour la saison prochaine. Ils ont énormément d’imagination, c’est impressionnant !
Que représente vos couleurs : jaune, vert et un cœur rouge et votre nom de groupe ?
La Guyane pour les couleurs et le cœur rouge pour l’amour. Lorsque nous disons « Mayouri », cela signifie « ensemble » en créole. Nous travaillons ensemble pour faire ce que nous aimons.
Vous avez aussi une citation, il me semble…
Nou la pou bay son ké amizé, sa ki lé suiv nou, an nou alé ! !
Combien de temps de préparation avant le carnaval ?
En mars avril. Une fois que nous avons le choix des costumes, en mai-juin, c’est le début des cotisations.
Répétitions, prestations, tout s’enchaine, comment on arrive à tenir ?
Nous avons beaucoup de jeunes, sur 182 membres adhérents, il y en a une majorité. Je conseille une cure de 30 jours avant les fêtes et non pendant. Au milieu du carnaval, une autre cure de 30 jours (vitamines). Surtout avoir une bonne alimentation et ne pas abuser de l’alcool. Ils peuvent boire un peu mais légèrement car je veille ! Ils m’appellent Maman Mayouri (rires)
Mayouri Tchô nèg, double tenant du titre du concours Mizik lari, quelle impression ?
Je suis là pour la musique, pour le carnaval. Certes, deux fois de suite nous avons remporté le concours, mais nous gardons les pieds sur terre. Nous, c’est d’abord l’amusement, on se lâche. Concours ou pas concours, on s’amuse d’abord et ça passe. Mais ce n’est pas aussi évident avec mes jeunes. Ils sont aussi dans un esprit de compétition car ils ont du crédit, mais nous ne pouvons pas leur enlever ça. Mais en dehors, Mayouri, Kassialata and co, ils sont amis comme jamais.
Plutôt de la bonne concurrence alors…
Oui, une concurrence gentille. C’est comme au football, en sélection ils s’entendent très bien et en club c’est autre chose. Mais je leur dis de garder la tête froide.
Vous êtes invité à représenter la Guyane en Guadeloupe, quel est le planning ?
Il faut savoir que ce n’est pas la première fois que Mayouri Tchô Nèg représentera la Guyane. Ils ont déjà défilé dans les rues lors de la 13e édition du carnaval tropical le 5 juillet 2014 à Paris
Cette année, nous avons été invités par le groupe Kasika de la commune Capesterre-Belle Eau du 21 au 25 février. Différentes prestations sont prévues, notamment la parade de la commune, un défilé des écoles, une prestation au Mac Donald’s de Basse-Terre du fait de notre partenariat, une autre prestation dans la commune de Trois-Rivières.


Du coup, pas de concours de Mizik lari le 23 février ?
Non malheureusement et nous ne serons pas non plus à la grande parade de Kourou de demain…
Vous pensez que votre public va comprendre votre non-participation au concours… ?
Oui, nous avons cherché à bien faire les choses. Une fois que nous avions l’invitation j’ai de suite prévenu le comité et les organisateurs. Nous pensions qu’ils allaient changer la date mais finalement non. C’est un peu regrettable…
Mais vous participez aux concours de groupes de rues lors de la parade de Capesterre en Guadeloupe…
Oui ils nous ont demandés de participer au concours : Kapes Kannaval lors de la grande de Capesterre de ce dimanche 24 février. C’est presque le même que le concours de Mizik Lari de chez nous, sauf que c’est durant la grande parade de la commune. Au départ, je ne voulais pas, nous sommes invités donc nous ne devons pas participer… Ils ont insisté, nous avons dit oui.
Vous comptez revenir avec le titre ?
Pourquoi pas, mais ce n’est pas l’objectif premier.
Le mot de la fin… ?
Mayouri c’est une famille. Une famille ça dure avec de l’amour. Il faut sourire, du respect, on vient pour s’amuser.
 
 
Bon à savoir

Ce groupe est le rassemblement de plusieurs communes pour une ambiance commune. Mayouri Tcho Nèg a remporté la 4e édition de Mizik Lari dédiée en 2016 à Myrtho Dubois, fondateur de Kassialata. Ils reçoivent leur prix des mains du président du jury Sylvestre Saül (qui est quant à lui chef d’orchestre de Karnivor). Toujours en 2016, ils lancent une grande campagne de collecte de dons pour pouvoir se rendre à New-York et représenter la Guyane. Ils font une représentation en septembre 2016 à Harlem et défilent dans les rues de Brooklyn pour le carnaval de New-York.
PRATIQUE
Mayouri Tchô Nèg, reçoit des adhérents à partir du mois d’août. Les intéressés peuvent se rapprocher de la présidente, sur le site ou le Facebook de Mayouri Tchô Nèg. Surtout n’hésitez pas. Le mot d’ordre : famille et amour
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
6 commentaires
Culture

La parade du littoral en images

Photos : Tifox Bruno - Dimanche 24 Février 2019

Culture

La parade de Cayenne en images

photos : Samir Mathieu - Lundi 18 Février 2019

1 commentaire
A la une
1 commentaire