• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

Bon bilan pour la 4e édition du festival "La toile des Palmistes"

Samir MATHIEU Mercredi 11 Novembre 2020 - 11h16
Bon bilan pour la 4e édition du festival "La toile des Palmistes"
Le public a répondu présent, dans le respect des règles sanitaires, pour cette 4e édition de la Toile des Palmistes - GCAM

 La 4e édition du festival "La toile des Palmistes" a eu lieu de jeudi soir à dimanche dernier. Le festival a rencontré un vrai succès populaire, malgré la crise sanitaire. De nombreux films, notamment des courts-métrages, ont été projetés. On fait le bilan de ce festival, avec l'organisateur, Marc Barrat, de la GCAM.

 "Malgré le contexte sanitaire, on a remporté la partie". Marc Barrat est particulièrement satisfait du succès rencontré par la 4e édition du festival "La toile des Palmistes". Pour l'organisateur, il n'y a pas eu de retours négatifs. Il rappelle qu'une "équipe de bénévoles était postée à l'entrée pour espacer les gens, rappeler le port du masque obligatoire, donner du gel hydroalcoolique". Les organisateurs ont même pris les numéros de téléphone d'au moins une personne référente par groupe de visiteurs. Seul élément perturbateur, la pluie qui a imposé aux organisateurs d'installer dans la semaine, par anticipation, un énorme chapiteau : "ça a enlevé un peu de la magie que l'on voulait mais on a bien fait car jeudi soir, nous avons eu droit à une heure non stop de pluie" justifie Marc Barrat.


Le public a répondu présent, dans le respect des règles sanitaires, pour cette 4e édition de la Toile des Palmistes - GCAM

Pour Marc Barrat, "la bonne surprise c'est que dès le premier soir, le jeudi soir, 350 étaient occupées au plus fort de la soirée, vers 21 heures. Avec les gradins et les personnes installées derrière les barrière, on estime à 450 le nombre de spectateurs présent. C'est donc bon puisqu'on avait une jauge fixée à 500 personnes par la préfecture." L'intégralité du festival s'est déroulée sans accroc. Il y a juste un court incident d'écran le samedi après-midi qui a duré moins d'un quart d'heure, en raison problème de pression d'air.

Un effort particulier a été porté sur la programmation "avec des films de qualité" tient à souligner Marc Barrat, citant le film d'Edouard Montoute, le ciné-concert du samedi avec un big bang du conservatoire de musique. Des musiciens ont reconstitué la mort de Jean Galmot et les émeutes qui s'en étaient suivies. "C'était très impressionnant et j'ai vraiment apprécié ce moment là" rajoute Marc Barrat, prenant aussi l'exemple d'une reconstitution de samba sur les images de Rio dans les années 20.  Il y a eu le concours des courts-métrages avec la participation de l'APAJH sur la thématique "Et si demain le regard sur le handicap changeait ?". Tous ces petits films réservés aux amateurs seront diffusés sur Guyane 1ere d'ici la fin de l'année. Il  y en avait 9 inscrits au concours , deux des Passeurs d'image et celui de l'Apage, trop long et donc hors concours. Autre motif de satisfaction pour Marc Barrat : "les séances à l'Eldorado ont fait salle comble" annonce t'il. Dimanche soir, le film d'Olivier Béhary Laul Sirder, de science-fiction, a été projeté, ainsi qu'en avant-première en Guyane, le téléfilm de Marc Barrat "Meurtres à Cayenne", qui sera diffusé vendredi soir sur Guyane 1ere et samedi soir en diffusion nationale sur France 3.

Sur les trois jours du festival, une dizaine de bénévole s'est relayé chaque jour, et toute l'organisation et les membres du bureau de la GCAM ont été mobilisés à plein régime. "On a d'ailleurs travaillé pendant un mois non stop dans la dernière ligne droite" rappelle Marc Barrat, "heureux" du succès de "La Toile des Palmistes", édition 2020.

Le festival "La toile des Palmistes" a rencontré un succès populaire pour sa 4e édition, malgré le contexte sanitaire. - GCAM


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
6 commentaires
Culture

Le chevalier Guisan, un destin guyanais

Bernard MONTABO / Illustrations : Archives départementales de Guyane, Collections privées - Dimanche 10 Janvier 2021

 Samuel Joseph Guisan est né à Avenches (dans le canton de Vaud en Suisse) au mois de mars 1740. Sa...

A la une
1 commentaire