France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Aurélie Schneider, conservatrice du patrimoine, chargée de mission aux îles du Salut

« Agamis essaie de mettre en place une nouvelle dynamique aux îles du Salut »

Vendredi 17 mai 2019
« Agamis essaie de mettre en place  une nouvelle dynamique aux îles du Salut »
Photo la nuit des musées : Aurélie Schneider, à l’occasion de la nuit des musées le week-end dernier. L’association Agamis proposait entre autres la projection de nuit du film Papillon dans les cellules du bagne / photo ESA-CNES-ARIANESPACE / Optique vidéo du CSG - G BARBASTE

L’Association pour gérer l’architecture et le musée des îles du Salut existe depuis vingt ans. Elle veille sur le patrimoine des îles et fait découvrir au grand public ses richesses, comme le week-end dernier pour la Nuit des musées. La conservatrice du patrimoine et chargée de mission en explique les objectifs et les projets.

Comment l’association Agamis est-elle née ?

Agamis a été créée en 1999, dans l’objectif de fédérer les différents acteurs qui interviennent aux îles du Salut. Les deux membres fondateurs sont le Cnes, qui est propriétaire de la quasi-totalité du terrain et qui finance l’association, et le Conservatoire du littoral qui participe au financement de l’association par le reversement de la taxe à passagers. D’autres membres se sont par la suite ajoutés, en fonction des compétences utiles. Aujourd’hui, nous avons la CACL ainsi que la CCDS.

Qui compose cette association ?

C’est une structure qui fonctionne avec des bénévoles. La seule salariée, c’est moi. Je suis conservatrice du patrimoine, j’ai une formation d’archéologue. Je suis en poste depuis septembre, j’essaie de mettre en place une nouvelle dynamique. La présidente de l’association est Patricia Barrat, qui travaille au Cnes. La secrétaire est Catherine Corlet, qui travaille au Conservatoire du littoral. Tous nos membres ont une double casquette.

Quelles sont les missions de l’association aux îles du Salut ?

Agamis a deux missions : la mise en valeur des vestiges et l’animation culturelle autour de ces vestiges. En terme de mise en valeur des vestiges, le travail essentiel réside autour du musée et de la création d’expositions. Les travaux de restauration pure des bâtiments sont gérés par le Cnes et par la direction des affaires culturelles de Guyane (ministère de la Culture). Agamis est force de proposition. Vu que nous sommes sur place, nous voyons comment fonctionne le site. Nous travaillons également en étroite collaboration avec le Cnes pour l'accompagner dans la gestion des espaces verts et des déchets.

Que mettez-vous en place en terme d’animation culturelle ?

Nous proposons deux temps forts dans l’année : au mois de mai, la Nuit des musées, et en septembre les Journées du patrimoine. Notre objectif est d’avoir tous les ans une exposition temporaire. On essaie aussi de dynamiser les visites guidées pendant les vacances scolaires. On a commencé à prendre contact avec les scolaires de toute la Guyane. On travaille sur un accompagnement des classes pour une découverte pédagogique et ludique. C’est en cours de construction. À la rentrée prochaine, on aura plusieurs choses à proposer.

Quel est le thème de l’exposition actuelle ?

C’est une exposition sur le bagnard et peintre Francis Lagrange qui a décoré la chapelle de l’île Royale. Cette exposition présente sa vie et les œuvres qu’il a pu peindre pendant et après son séjour au bagne. Tous les visiteurs peuvent voir cette exposition. Le musée et les expositions sont ouverts tous les jours.

Quels sont vos projets pour 2019 ?

Le projet-phare de cette année est de refaire toute la signalétique sur l’île Royale, en créant un parcours d’une vingtaine de stations avec des panneaux historiques (texte et image pour présenter les vestiges) ainsi que des panneaux directionnels et d’information. Notre prochain grand rendez-vous sera en septembre, lors des Journées du patrimoine. On continue sur notre année Papillon pour les 50 ans du livre d’Henri Charrière, avec des animations autour du livre, de son texte et des conséquences de la publication du livre.

Propos recueillis par Aurélie PONSOT

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire