France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
LA CHRONIQUE DE TI JARÉ

Vié kanari ka fè bon la soupe

Jeudi 21 août 2014
Mana « la douce » n'avait sans doute pas bien prévu de restaurer la 5è étape du Tour. Beaucoup de supporters sont donc repartis sur leur faim, sans avoir goûté aux saveurs de la commune de Man Vévé. Heureusement, sur la ligne d'arrivée, Marc Joseph avait décidé de laisser sa vielle marmite sur le feu. Il l'avait mise au chaud la veille à Saint- Laurent et est revenu à Mana pour un second service et une seconde victoire guyanaise.
À 43 ans, le sprinter du Vélo club guyanais (VCG 1) prend une revanche éclatante par rapport à l'année dernière. Les images de 2013 étaient affligeantes : un champion à la dérive, incapable de suivre le rythme du peloton, seul sur la route. Pour beaucoup, Marc Joseph faisait le Tour de trop, même s'il finissait mieux aux Palmistes. Une fin sans relief s'annonçait...
Mais la marmite qui avait concocté tant de victoires n'avait pas été oubliée, juste mise de côté pour le jour où le parfum des arrivées viendrait à nouveau titiller ses boyaux. Et quelle meilleure scène que le Tour pour remettre le couvert ?
Après Saint-Laurent, Joseph inscrit une nouvelle victoire, la seconde en deux jours et la 12è de sa carrière sur cette épreuve. Un record qui prouve qu'il n'est pas fini et que désormais, il marche au feeling.
La joie des supporters qui l'ont happé est un signal fort de l'attente guyanaise. Un public qui fait encore confiance à ses vié kanari pour lui servir de la bonne soupe. Marc Joseph ne remportera jamais le Tour de Guyane : il n'a pas toutes les qualités qu'exige une telle compétition, ni l'âge d'une telle ambition. Mais on peut lui faire confiance pour mater un peloton dans les derniers mètres. Il n'est pas imbattable ; mais difficile à battre. Il a aussi à son service quelques autres bonnes marmites du circuit, qui ont la caractéristique de présenter le même état civil, et dont l'aluminium de leurs vieux ustensiles brille encore.
Marc Joseph possède aussi ce mental, lors des confrontations avec l'extérieur, qui lui permet de se mesurer à d'autres cadors. Derrière on attend, car au delà de Marc Joseph, on peut aussi décompter un Chong-Wa ou un Exfort de Sinnamary, qui eux aussi doivent se dire qu'il est temps de mettre sur le feu son kanari.
Marc Joseph récompensé hier par le maire de Mana (Jody Amiet)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire