En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Un mariage presque normal

Albert ALEXIS Vendredi 30 août 2013
Un mariage presque normal
Nathalie et Jeanne n'ont jamais caché à leurs proches leur volonté de se marier. Le couple a donc sauté le pas hier matin. Les deux jeunes femmes ont été unies par le maire en personne, Léon Bertrand (EL)

Saint-Laurent du Maroni accueillait hier matin le premier mariage homosexuel de Guyane. Un événement voulu dans la simplicité, célébré par le maire et tout de même marqué par la venue de nombreux curieux de la ville. Retrouvez également la vidéo (*) de la cérémonie.

Il y a du monde devant la mairie de Saint-Laurent du Maroni, plus d'une centaine de personnes trépigne d'impatience en cette matinée. Quoi de plus normal pour un jour de mariage ? Mais, à bien y regarder, pour repérer les invités, il faut au contraire remarquer les plus calmes dans l'assistance. Ils sont peu nombreux.
Les mariées, Nathalie et Jeanne, ont souhaité de la sobriété et un respect de leur vie privé. Du coup, c'est un peu sur la réserve qu'une amie, Émilie, confie sa joie d'assister à l'union des deux femmes. « On approuve, on est vraiment très contentes pour elles » , glisse-t-elle dans un sourire.
L'histoire du couple a débuté bien loin, en Corse, d'où est originaire la pétillante Jeanne. Que de chemin parcouru, et si elles ne sont pas du genre à afficher leur relation, elles n'ont jamais cherché à se cacher non plus, affirme leurs proches. « On savait depuis longtemps qu'elles souhaitaient se marier, ce n'était pas un sujet tabou du tout » , explique Mathilde, une amie du couple.
Depuis 48 heures, la ville bruisse de la nouvelle. Alors, à l'arrivée de Jeanne, avec près de trois quarts d'heure de retard, le mariage peut enfin débuter au milieu de la clameur de dizaines de curieux.
La poignée d'invités était visiblement émue, malgré la scène ahurissante d'une salle à moitié vide aux fenêtres de laquelle se pressent des dizaines de Saint-Laurentais, curieux de voir par eux-mêmes ce mariage peu banal.
« JE NE SUIS PAS POUR, MAIS JE SUIS RÉPUBLICAIN »
Certains ont pensé un temps que le maire, cador de la droite locale, se serait abstenu de mettre en application une loi que son parti a combattue et qui, par ailleurs, heurte ses convictions religieuses personnelles. Ce n'est cependant pas sa 3e adjointe, Agnès Bardury, qui s'est présentée, mais Léon Bertrand lui-même.
S'il n'a jamais caché son opposition à titre personnel vis-à-vis du mariage pour tous, il a pris le contre-pied lors de la cérémonie, enrappelantson positionnement que l'on peut résumer ainsi : « Je ne suis pas pour, mais je suis républicain. » « J'ai voulu montrer que Saint-Laurent du Maroni est une force, la ville de la diversité, l'exercice de la tolérance, une ville pluriculturelle » , a insisté le premier magistrat.
Appliqué lors de la cérémonie, Léon Bertrand a suscité une pointe d'émotion à ces mots : « On ne peut pas lutter contre l'amour qui existe entre deux personnes. Face à lui, il faut tout simplement s'incliner. »
Rodolphe travaille à l'hôpital avec Jeanne. Ce pédiatre savoure l'instant qui lui semble si naturel. Après tout, « on est des adultes : quand on a trouvé le bonheur on s'y accroche. Et je pense qu'elle a trouvé le bonheur » .



- ÉCHOS
- Pas de surprise
Une amie du couple explique pourquoi il n'y avait pas de surprise : « Nous en discutions pendant les débats sur la loi du mariage pour tous. D'ailleurs, elles ont eu l'occasion de croiser Christiane Taubira lors de son passage en Guyane. »
- Le mariage annoncé au maire
Léon Bertrand raconte la rencontre avec le couple en pleine cérémonie de mariage : « Madame Strub (Nathalie), vous êtes venue me voir il y a quelques mois, nous étions à l'association La Fine Bouche, vous m'avez dit : « Je sais que vous êtes un homme de droite, vous ne partagez pas notre façon de voir les choses, mais je viens vous dire que je souhaite me marier dans votre commune » . »
- La mariée en retard
Le mariage est prévu à 10h, mais à 10h30 Nathalie attend toujours Jeanne... Un ami vient d'avoir des nouvelles au téléphone : « Jeanne se fait les ongles! » Ouf de soulagement, elle arrive. Juste un peu de retard comme dans tous les mariages.
- Des hommes déçus
À l'arrivée de Jeanne, la foule de curieux se masse et l'attente produit son effet, une jeune fille pas franchement pour le mariage pour tous lâche : « Eh ben! Une belle femme comme ça! » Les hommes ne sont pas en reste, deux amis conversent : « Tu as vu ça ? On en a perdu une, elle est bien tout de même! »
- Visioconférence
L'instant est exceptionnel aussi pour la famille qui n'a pu venir en Guyane. Cinq ordinateurs étaient ainsi posés sur la table d'honneur en face des mariées pour une visioconférence inoubliable.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire