France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La pharmacie de Maripasoula braquée

Pierre-Yves CARLIER / Sébastien ROSELÉ Samedi 17 août 2013

Un homme armé a attaqué le commerce mercredi, visage démasqué. Il a dérobé quelques centaines d'euros après avoir enfermé les pharmaciens dans un réduit.

La pharmacie de Maripasoula s'est fait braquer, mercredi. Un homme au visage découvert a fait irruption dans le commerce. Il s'en est pris au remplaçant du pharmacien.
« Un homme jeune, de type métis, avec une veste en treillis, est rentré, raconte la victime. Il s'est présenté devant le bureau. Il avait choisi une heure où la pharmacie est très peu fréquentée. Il m'a demandé de l'argent. »
Le braqueur était armé d'un pistolet 9 mm. Il se l'est attaché à la main, avec de la ficelle. Le pharmacien lui a répondu qu'il n'avait pas d'argent. Son collègue, qui effectuait aussi un remplacement, est arrivé. « Il l'a fait mettre à genoux et les mains sur la tête » , poursuit le pharmacien. Le braqueur a continué de fouiller sans succès. Il a fait passer les deux praticiens à l'arrière-boutique.
« Il s'énervait, parce qu'on lui avait dit que nous étions des remplaçants et qu'on ne savait rien. Je lui ai dit de prendre l'argent dans le tiroir-caisse. Il y avait quelques centaines d'euros. » Il a enfermé les pharmaciens dans un réduit et a continué de fouiller. Jusqu'à ce que les pharmaciens entendent une dame les appeler pour se faire servir.
« On a défoncé la porte à coups de pied. La dame nous a dit qu'un homme était ressorti en la bousculant. Sa description ressemblait à celle du braqueur. »
- Que se passe-t-il sur le Haut-Maroni ?
Le secteur de Maripasoula serait-il le théâtre de braquages ? Des messages, notamment sur Twitter, en font état. Ce qui est certain, c'est qu'il y a trois semaines, deux commerçants situés sur la rive surinamaise face à Maripasoula, ont été braqués. Selon des personnes vivant à Maripasoula, ils ont été torturés pour qu'ils révèlent où ils avaient de l'argent. Certains parlent d'une oreille coupée et d'une victime ébouillantée.
Par ailleurs, une pirogue a été braquée par quatre à cinq Surinamais ces dernières semaines. « C'était une embarcation qui descendait d'Eau-Claire » , explique une source. Comme personne n'a déposé plainte, cette information est considérée officiellement comme une rumeur. Mais une rumeur très crédible. « Il y a de grandes chances pour que ce soit vrai. »
La bande qui a sévi serait la même qui a braqué des commerçants chinois. En revanche, impossible de savoir pour le moment si ce gang a un rapport avec les criminels recherchés par la police surinamaise qui auraient élu domicile en Guyane, du côté de Saint-Laurent (notre édition du 26 juillet).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire