En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

400 millions d'euros pour l'éducation

Prince ESSONNE M'FOULOU-ZÉ Lundi 12 février 2018
400 millions d'euros pour l'éducation
Le préfet Patrice Faure a annoncé vendredi d'importantes mesures qui font suite à l'adoption d'un plan d'urgence pour la Guyane. Il était notamment entouré du recteur, du président de la CTG, du commandant en chef de la gendarmerie et du directeur départemental de la sécurité publique (PEM)

Le gouvernement octroie 400 millions d'euros pour l'éducation en Guyane. C'est l'une des informations majeures qui ressortent de la réunion sur la sécurité en milieu scolaire présidée par le préfet Patrice Faure vendredi à la caserne de gendarmerie de la Madeleine à Cayenne.

Un peu plus de 120 personnes étaient réunies vendredi autour de Patrice Faure, préfet de Guyane, afin de se pencher sur les questions qui se posent en matière de sécurité en milieu scolaire en Guyane. La rencontre, convoquée au carbet de la caserne de gendarmerie de Madeleine à Cayenne, revêtait un caractère urgent face à la montée de la violence en milieu scolaire observée ces deux derniers mois. Une situation devenue préoccupante pour les enseignants et qui a été à l'origine de nombreux appels à la grève dans les établissements.
Le préfet Patrice Faure a saisi cette occasion pour annoncer un certain nombre de mesures d'urgence prises par le gouvernement, la plus importante étant l'octroi à la Guyane de 400 millions d'euros destinés à la construction d'infrastructures scolaires pour les dix années à venir.
« Le gouvernement a décidé, pendant cinq ans, d'attribuer 50 millions d'euros par an pour la construction de collèges et de lycées. Et 15 millions d'euros par an, pendant 10 ans, pour la construction des écoles » , a précisé Patrice Faure. Pour le préfet, l'exécution desdites mesures, issues du plan d'urgence pour la Guyane, contribuera à abaisser « la pression » en milieu scolaire.
Le point focal de la rencontre reste toutefois la question de la sécurité aux abords et à l'intérieur des établissements scolaires. Un dispositif d'accompagnateurs sera rapidement mis en place dans les bus scolaires, pour les parcours des élèves du départ à l'entrée dans les établissements. Autre mesure importante, à compter du 1er août, 90 hommes renforceront les effectifs de gendarmerie en Guyane pour les trois années à venir. Des forces supplémentaires qui permettront d'améliorer le dispositif de prévention au sein des établissements scolaires. Elles s'intégreront également à la convention Évidence mise en place depuis juillet 2014 pour la coordination des actions de l'ensemble des acteurs concernés par la sécurité aux abords et à l'intérieur des établissements scolaires.
ILS ONT DIT
Gabriel Serville, député de la première circonscription de Guyane : « Les données de l'Insee ne correspondent pas à la réalité du terrain »
(PEM)
« Nous, élus, n'avons pas été en capacité de prévenir la violence qui se développe aujourd'hui dans les écoles en Guyane. Depuis des décennies, je dénonce les données statistiques de l'Insee qui ne correspondent pas à la réalité du terrain. C'est pourtant ce qui explique l'insuffisance des dotations de fonctionnement en provenance de l'État et dont le calcul est effectué par tête d'habitant. »
Christophe Madère, vice-président de la FCPE-CDPE (fédération de parents d'élèves) : « Il faudra résoudre le problème de l'insécurité en Guyane »
(PEM)
« C'est la violence de la société qui fait une intrusion dans les établissements. Le préfet annonce, certes, des mesures encourageantes pour la sécurisation des écoles. Mais pour que celles-ci fonctionnent, il faudra résoudre le problème plus endémique de l'insécurité en Guyane. »
Jacqueline Chong-Pan, responsable de la cellule de prévention de la violence en milieu scolaire mise en place par la direction départementale de la sécurité publique : « Une centaine d'actions dans huit établissements »
(PEM)
« Au premier trimestre de l'année académique en cours, nous avons mené 99 actions dans huit établissements, dont 2158 élèves et 302 adultes. Depuis janvier, nous avons accru le nombre de rencontres avec les parents, et nous privilégions la résolution des conflits par la médiation. »
Propos recueillis par P.E.M

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 15.02.2018

Attention Skol, vous proposez la même chose que les Grands Frères. Vous serez taxé FNazifascho en un rien de temps par Likiliki et cie.

Répondre Signaler au modérateur
skol973 14.02.2018

Il faudrait bloquer les frontières car dans 5 ans, il faudrait doubler cette dotation.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 12.02.2018

La France n'a pas intérêt à développer un territoire dont le seul avenir raisonnable possible est l'autonomie hors de l'Europe...

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3