En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Une Ultramarine en remplace une autre rue Oudinot

FXG Jeudi 18 mai 2017
Une Ultramarine en remplace une autre rue Oudinot
Annick Girardin, hier, à son arrivée au ministère des Outre-mer, rue Oudinot à Paris, avec Éricka Bareigts (FXG)

Annick Girardin prend la suite d'Éricka Bareigts au ministère des Outre-mer. Elle n'a accepté la proposition du président Emmanuel Macron que très tardivement, quelques minutes à peine avant l'annonce du nouveau gouvernement.

C'est à 17h30, hier, qu'Éricka Bareigts, la Réunionnaise, a passé le témoin à Annick Girardin, la Saint-Pierraise.
Annick Girardin devient ainsi la 5e ministre originaire d'Outre-mer à s'installer rue Oudinot. Comme ministre de plein exercice, ainsi que l'a voulu Emmanuel Macron. Si elle n'a posé aucune condition, Annick Girardin a pourtant hésité. Jeudi dernier encore, elle disait non. « J'ai dit mardi soir tard qu'il y avait une page qui se tournait et que j'allais rentrer sur mon territoire... Et puis, aujourd'hui (mercredi, ndlr), en échangeant avec le président de la République, je me suis dit non, que je ne pouvais pas ne pas aller servir l'Outre-mer puisque ça m'est proposé. Il y a des défis à relever, que j'ai toujours voulu relever. Donc, je suis là. Ça ne se refuse pas. » Elle avoue n'avoir accepté qu'une demi-heure ou une heure avant l'annonce du gouvernement.
Hier après-midi, Annick Girardin se refusait à aborder un sujet particulier, elle veut prendre connaissance de chaque dossier. « Chaque territoire mérite mon attention et toute mon attention. Il y a des urgences, je les traiterai, mais permettez-moi d'attendre un peu. »
« CE DÉFI SE RELÈVE AVEC TOUS LES GENS DE BONNE VOLONTÉ »
La nouvelle ministre des Outre-mer avait fait savoir lors du départ de George Pau-Langevin son intérêt pour les Outre-mer, mais avec la mer. « J'ai toujours plaidé pour un grand ministère de la Mer et de l'Outre-mer. C'est ce que j'ai dit au président tout à l'heure et nous avons échangé sur la question d'une compétence maritime spécifique pour chaque bassin maritime de manière à ce qu'il y ait une vraie logique dans le développement de l'Outremer et de la mer dans nos bassins. »
Annick Girardin a cité les noms de ses prédécesseurs en place depuis 2012 : « Des lois importantes ont été faites ici, a-t-elle déclaré. À moi maintenant de les mettre en action et de faire que ces décisions qui ont été prises avec l'ensemble des parlementaires laissent des fruits réels sur les territoires. »
Pour cette élue qui siégeait depuis 2007 sur les bancs des radicaux de gauche, être sous l'autorité d'un Premier ministre de droite n'est pas un problème : « Le pari d'Emmanuel Macron, c'est celui que j'ai fait dans mon territoire, car seul on peut aller très vite, mais ensemble on peut aller très loin. Le pari d'Emmanuel Macron qui a été choisi par les Français, c'est ça, c'est construire l'avenir de la France, des territoires, de l'Europe, mais aussi du monde, tous ensemble. Ce défi, il se relève avec tous les gens de bonne volonté. »
FXG, à Paris
Éricka Bareigts quitte la rue Oudinot pour mener sa campagne législative
« Je suis heureuse et honorée d'avoir travaillé pour les Outre-mer. » Éricka Bareigts a prononcé une allocution d'une quinzaine de minutes pour clore ses dix mois à Oudinot. Elle a rappelé son « ambition pour la France océanique » , tout en reconnaissant clairement que « l'ambition de la République océanique n'était pas encore achevée » . Après avoir salué Victorin Lurel et George Pau-Langevin, ses prédécesseurs, elle est revenue sur ses principaux dossiers : l'accord de Papeete, la loi égalité réelle, le changement de regard dans la mobilité avec l'option du retour au pays, le travail pour la mémoire (commission Stora, commission des Réunionnais de la Creuse), la coopération régionale, l'octroi de mer et le RGEC, les 38 millions d'euros pour compenser la fin des quotas sucriers... Elle a même laissé entendre que l'augmentation des quotas de rhum était pour très bientôt.
Revenant sur les excuses qu'elle a prononcées à Cayenne au moment du dénouement de la crise sociale, elle a indiqué : « Si c'était à refaire, je le referais. Il était nécessaire de prononcer ces mots attendus. »
Enfin, elle a eu cette phrase sur la jeunesse, « promesse de nos territoires » : « N'ayons pas peur d'elle! »
Sur son successeur, Annick Girardin, elle assure : « Elle est une Ultramarine comme moi, même si tous les Ultramarins ne se ressemblent pas... Nous avons travaillé ensemble comme députées, puis nous avons collaboré de nombreuses fois, elle ministre et moi députée, puis ensemble en tant que ministre. Nous avons toujours eu cette fibre ultramarine qui nous a fait beaucoup nous réunir sur d'autres sujets. C'est une femme déterminée. »
Le départ d'Éricka Bareigts, alors qu'Annick Girardin répondait à la presse, a été remarqué : tout le personnel du ministère l'a saluée par une immense salve d'applaudissements.
FXG, à Paris

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire