En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Société minière : l'État veut aller vite

FXG Samedi 31 mai 2014
Arnaud Montebourg rencontrait hier les parlementaires guyanais à propos de la société publique régionale minière. Elle devrait voir le jour d'ici la rentrée 2014 (DR)

La ministre de l'Outre-mer et celui de l'Économie et du Redressement productif ont rencontré les parlementaires guyanais, hier à Paris, dans le cadre de la création d'une société publique régionale minière. Ils veulent aller vite.

Lors de la réunion tenue hier matin au ministère des Outre-mers, les ministres George Pau-Langevin et Arnaud Montebourg ont fait part aux parlementaires de la Guyane, Gabriel Serville, Jean-Etienne Antoinette et Georges Patient, ainsi qu'au président de Région, Rodolphe Alexandre, de leur intention d'aller vite dans le projet de constitution d'une société publique régionale minière, filiale guyanaise d'une compagnie nationale. Le calendrier proposé par les ministres vise la création effective de la société avant la rentrée. Les élus présents se sont dits satisfaits du principe même de la société, mais ils s'inquiètent de la répartition des rôles entre l'État et les collectivités locales. L'État devrait prendre 51% des parts contre 49 à la Région et aux intercommunalités.
LES MINISTRES EN GUYANE DANS UN MOIS
Cette répartition actionnariale n'est pas gênante en soi, ce qui préoccupe davantage les élus, c'est la question de la répartition des dividendes. « Seront-ils dirigés vers le développement de la Guyane ? » , se demande le sénateur Antoinette qui, le premier, avait plaidé auprès du président de la République pour la création d'un « service public de la mine » .
L'organisation même de la societe reste à définir. Les élus guyanais semblent opposés à ce que ce soit le gouvernement qui délivre les permis d'exploration et d'exploitation minières. Ils s'interrogent aussi sur la place que devront y prendre les artisans de l'exploitation légale d'or. D'ici la constitution de la sociéte, trois nouveaux rendez-vous de concertation sont prévus. Un premier devrait permettre, dans quinze jours, de faire remonter les premières observations de la filière, des artisans et des collectivités locales. Les deux autres rendez-vous devraient avoir lieu en Guyane d'ici la mi-juillet. Arnaud Montebourg et George Pau-Langevin sont d'ailleurs annoncé en Guyane fin juin, début juillet.
FXG, à Paris

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

monchou 01.06.2014
Bravo sénateur Antoinette!

C'est une très bonne idée que cette création de société minière. Au delà d'être novatrice dans la lutte contre l'orpaillage clandestin, elle permettra surtout aux guyanais désireux de le faire, d'être actionnaires dans une activité qui rapportait a tous, sauf aux principaux concernes, jusqu'à ce jour. J'espère que les guyanais s'intéresseront de près a cette opportunité et sauront en profiter. Ceci dit sénateur Antoinette, si l'idée que vous avez émise est bonne, il reste bien du travail: il faut donc continuer a vous battre pour que les permis d'exploitation ne soient plus délivrés par la préfecture et donc par l'état. Au delà, si cela devient une compétence de la future collectivite unique, que celle ci soit fermement encadrée, afin qu'il n'y ait pas de dérives, telles que délit d'initié ou prise illégale d'intérêt... Nous vous faisons confiance et personnellement j'attends de pouvoir jouir du nouveau droit offert par cette société: être actionnaire. Pour les dividendes, la aussi, soyez vigilants! En tous cas, moi je suis séduit par ce projet...

Répondre Signaler au modérateur
Kayani 04.06.2014
Que la population guyanaise se sente concernée!

En tant que guyanais je suis également favorable à cette création, mais que cette opportunité ne soit pas à nouveau une occasion pour l'Etat d'avoir une main-mise sur les ressources de la Guyane. Quand l'Etat veut aller très vite dans l'aboutissement d'un projet c'est un signe qu'il faut être très vigilant. Ce que je trouve dommage et je n'ai de cesse de le répéter c'est que la population guyanaise en général est plus spectatrice qu'actrice dans les prises de décision concernant le pays. L'Etat le sait très bien c'est pour ça qu'il y en profite à chaque fois. On verra bien ce qui va se passer. Si ce projet de l'Etat rentre bien dans une volonté de développer la Guyane, alors dans ce cas il n'a aucun argument légitime à s'octroyer plus de dividendes que les collectivités de même en terme de prise de décision majoritaire ou d'autorisation.

Répondre Signaler au modérateur
Melville 04.06.2014

Vous avez parfaitement raison, Kayani. Il est temps que nous changions de culture politique, pour considérer que l'élu n'est crédible, donc efficace, que lorsqu'il est porté par son opinion publique. Sur la constitution de cette société minière, seule une mobilisation de l'opinion publique guyanaise va obliger Paris à accorder une oreille attentive aux revendications de nos élus.

Répondre Signaler au modérateur