En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le président et les « analphabètes »

Karin SCHERHAG Vendredi 30 septembre 2016
Le président et les « analphabètes »
Lors de sa dernière visite en Guyane, mi-janvier 2012, Nicolas Sarkozy s'était notamment rendu à Taluen. Il avait alors pu constater l'isolement du village (photo d'archives)

Dans son livre consacré à Nicolas Sarkozy, son ancien conseiller Patrick Buisson lui attribue une phrase choquante sur la Guyane dont la « moitié » de la population serait « analphabète » . France-Guyane revient sur le supposé dérapage de l'ancien président de la République.

C'est une petite phrase assassine glissée dans l'intimité. Une de celles qui ne sont un jour rendues publiques que par la trahison d'un proche. Patrick Buisson en l'occurrence, le « fidèle » conseiller qui avait pris l'habitude d'enregistrer chacune de leurs conversations privées. Nous sommes en janvier 2012. Nicolas Sarkozy est alors président de la République et candidat à sa propre succession. Quelques jours avant sa venue en Guyane, il se serait lâché : « Qu'est-ce que je vais foutre en Guyane ? La Guyane, c'est 200 000 habitants dont la moitié d'analphabètes. » Ces propos lui sont prêtés par Patrick Buisson dans son nouveau livre La Cause du peuple, l'histoire interdite de la présidence Sarkozy. L'intéressé n'a ni confirmé, ni infirmé. Mais qu'importe. Car cette déclaration, qu'elle vienne de Sarkozy, de Buisson lui-même ou d'un autre, de droite comme de gauche, montre le désintérêt - le mépris - du gouvernement pour notre département. Plus rageants encore que cette maudite phrase, les chiffres officiels : 39% des Guyanais, soit 50 000 personnes, sont en grande difficulté face aux fondamentaux de l'écrit. Concrètement, cela signifie que toutes ces personnes « n'arrivent pas à comprendre un texte » , traduit Aurélie Michaud, chargée de projet au centre de ressources Kaleda à Cayenne. Son métier ? Lutter contre l'illettrisme (qui touche un Guyanais sur cinq!) et l'analphabétisme. La différence entre ces deux notions ? Au contraire des illettrées, les analphabètes sont des personnes qui n'ont jamais été scolarisées. Elles ont tout à apprendre, à commencer par l'alphabet. La dernière étude de l'Insee sur le sujet date de 2009 et fait état d'un taux de non-scolarisation de 4% en Guyane (2 222 enfants de 6 à 16 ans), soit trois fois plus que dans l'Hexagone. « Tous ces retards d'apprentissage sont liés à des retards d'infrastructures. Sur le fleuve, beaucoup d'enfants qui sont nés en Guyane et qui grandissent en Guyane ne sont jamais allés à l'école » , constate Aurélie Michaud. L'absence d'écoles, de collèges et bien sûr de lycées dans certaines communes du Maroni et de l'Oyapock est un frein majeur à la scolarisation. Le manque d'enseignants en Guyane - une centaine selon les chiffres donnés par le rectorat, principalement dans les communes isolées - et la non-prise en compte du multilinguisme de notre territoire sont aussi à prendre en considération.
L'ancien président, lors de son arrivée à l'aéroport Félix-Eboué.
L'étude menée par l'Insee précise que l'Ouest guyanais concentre plus de la moitié des enfants non scolarisés du département. On y lit aussi que « la non-scolarisation s'intensifie avec l'âge de l'enfant. [...] À partir du niveau collège, le taux de non-scolarisation de l'Ouest guyanais atteint 7,9% chez les 12-16 ans. Il reste deux fois supérieur aux taux de non-scolarisation des Savanes et du Centre littoral (respectivement 3,8% et 3,3% ). Par ailleurs, les jeunes de l'Est guyanais rencontrent une forte déscolarisation à ces âges ; entre 12 et 16 ans, 17,8% des jeunes sont non-scolarisés. »
Averti de toutes ces difficultés, le gouvernement a-t-il mis en place les moyens nécessaires à réduire les taux records d'illettrisme et d'analphabétisme détenus par la Guyane ? Car c'est bien son rôle de permettre à tous les enfants de la République, où qu'ils vivent, d'accéder au savoir. Imaginons que Nicolas Sarkozy ait prononcé cette phrase alors même qu'il était en poste à l'Élysée, ne serait-ce pas là l'aveu de son propre échec en matière d'Éducation ? Du sien et de celui des présidents qui l'ont précédé.
Facteurs aggravants
D'autres facteurs viennent augmenter le risque de non-scolarisation. Les conditions de vie matérielles de l'enfant ressortent ainsi comme étant le premier déterminant de la non-scolarisation.
Ce taux atteint 16% chez les enfants vivant dans des logements ne respectant aucun critère de salubrité, à savoir : ni eau courante, ni électricité, ni sanitaire, ni évacuation des eaux usées. La nationalité de l'enfant est également déterminante. « Le taux de non scolarisation des enfants de nationalité française est de 2,1%. Les enfants de nationalités étrangères sont plus souvent non-scolarisés (7% ).
Un enfant de nationalité brésilienne sur dix est non scolarisé. Les enfants de nationalités guyanienne et surinamaise ont également des taux de non-scolarisation supérieurs à la moyenne du département (respectivement, 5,7% et 7,5% ) » , lit-on dans l'étude de l'Insee. Enfin, l'inactivité des parents multiplie par deux le risque pour l'enfant d'être non scolarisé.
Pourquoi ça choque ?
Si la déclaration attribuée à Nicolas Sarkozy s'était limitée à « qu'est-ce que je vais foutre en Guyane ? » , personne ou presque n'aurait cillé.
Rappelons qu'à ce moment-là, le président de la République est en pleine campagne pour sa réélection et n'a qu'une idée en tête : glaner des voix.
Facile alors de comprendre que l'élection présidentielle ne se joue pas en Guyane où quelque 77 000 personnes sont inscrites sur les listes électorales de 2012 et où seules 44 000 d'entre elles prennent le temps de voter au second tour. Sarkozy n'obtient que 15000 voix dans toute la Guyane sur plus de 16 millions dans la France entière. Une goutte d'eau. On l'imagine aisément tenir les mêmes propos avant un déplacement dans n'importe quel département français peu peuplé.
La référence aux « analphabètes » , en revanche, a de quoi choquer. Premier à réagir sur sa page Facebook, le député-maire de Matoury, Gabriel Serville, juge ces « insultes indignes d'un chef d'État » .
« Une manoeuvre » pour Sarkozy
Chirac ? « Je n'ai jamais vu un type aussi corrompu. » Fillon ? Un « pauvre type. » La Guyane ? « Moitié d'analphabètes. » Telles sont quelques-unes des phrases que Patrick Buisson, ancien conseiller du président, prête à Nicolas Sarkozy. À quoi ce dernier a répondu, mercredi, qu'il ne se laissera « pas impressionner par la moindre manoeuvre, aussi grossière soit-elle » .

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

will77 03.10.2016

Si l'info de Buisson est valable, les chiffres de l'Insee montrent que c'est Sarkozy qui a du mal lire... Mais de toute façon, il niera. Ces hommes ne doutent de rien et c'est à ça qu'on les reconnait. Ca me rappelle la fois où il était mis en face de ses lacunes par Bourdin https://www.youtube.com/watch?v=5fP4d4Hl9Rk

Répondre Signaler au modérateur
moun tout moun' 03.10.2016

Mais bien sur que ces propos sont vrai. tant pis pour les locaux qui n'ont pas encore compris qu'il est plus que temps de se mettre au travail pour le pays et non pas seulement pour soit. Arrêtons de se voiler la face et de jouer les vierges effarouchées.

Répondre Signaler au modérateur
jess 02.10.2016

oui

Répondre Signaler au modérateur
jess 02.10.2016

oui

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 01.10.2016

Merci à France-Guyane de reproduire in-extenso les communiqués de presse de Walwari.
Parce qu'après tout, attribuer à une personne des propos qu'elle réfute n'est qu'un détail d'éthique journalistique qui ne doit pas faire oublier les fondamentaux de la presse locale d'information : plaire aux puissants du département afin d'obtenir plus d'annonces légales et de publicités.
En puis, l'éthique et l'honnêteté intellectuelle n'ont jamais permis de placer un membre de sa famille dans une mairie "amie", alors que la flagornerie...

Répondre Signaler au modérateur
Altron 30.09.2016
undefined

Si chaque politique, ceux de Guyane inclus, avait un Buisson près de lui, -un type qui enregistre puis trahit-, on serait au courant de belles perles aussi ! Imaginer que seul Sarkozy sort des vannes pareilles c'est naïf. Et pire, fabriquer de la polémique à partir d'une phrase privée c'est exclusivement du calcul politique.Après on peut comme FG ici, poser la question de l analphabétisme en Guyane, de ses causes, et de remèdes, en dépassant la polémique ; polémique dont les élus guyanais semblent encore plus friands que les élus français en général.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 30.09.2016
traitre à la nation

de manière générale sarkozy n'a jamais raison. c'est un traitre à la nation qui a volontairement craché sur l'opinion du peuple (pour l'entrée de la france dans l'EU avec les conséquences dramatiques que l'on sait). cet homme (si on peut dire) doit être traité par le mépris.

Répondre Signaler au modérateur