France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Venezuela : carton plein pour le président Maduro aux municipales

AFP Mardi 12 Décembre 2017 - 15h17
Venezuela : carton plein pour le président Maduro aux municipales
Le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro, le 17 octobre 2017 à Caracas - Federico PARRA (AFP/Archives)

Le parti chaviste a remporté plus de 300 mairies sur 335 lors des élections municipales, dimanche. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé que les principaux partis d'opposition ne pourront pas participer à la présidentielle de 2018 du fait de leur appel au boycottage des municipales.

Dimanche, le président vénézuélien Nicolás Maduro a revendiqué une large victoire aux élections municipales, boycottées par les principaux partis d'opposition, qui devraient être exclus de la présidentielle de 2018 où il visera un nouveau mandat.

« Nous avons gagné plus de 300 mairies du pays, sur les 335 », contre 242 actuellement, a affirmé le dirigeant socialiste lors d'un meeting organisé à Caracas, à l'issue de ce scrutin où la participation a été de 47,32 % selon le Conseil national électoral (CNE).
La majorité des régions acquises

Le CNE avait auparavant déclaré le chavisme (du nom du défunt Hugo Chávez, président de 1999 à 2013) victorieux dans au moins 20 des 23 capitales régionales.

Le parti au pouvoir a aussi remporté le poste de gouverneur de l'Etat de Zulia (ouest), le vainqueur du scrutin régional d'octobre, de l'opposition, ayant refusé de prêter serment devant l'Assemblée constituante. Cela porte à 19 sur 23 le nombre de régions contrôlées par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV).
Pouvoir renforcé

Six mois après une vague de manifestations qui avaient exigé son départ et avaient inquiété la communauté internationale par leur violence (125 morts), le président Nicolás Maduro, élu en 2013, semble avoir repris le contrôle de la situation et renforce son hégémonie sur le pays .

Dimanche, il a annoncé que les principaux partis d'opposition seraient exclus de l'élection présidentielle de 2018, en raison de leur boycott du scrutin municipal organisé ce jour.

« Tout parti qui n'a pas participé aujourd'hui et qui a appelé au boycott des élections ne peut plus participer », a-t-il déclaré, affirmant qu'il s'agissait là d'un « critère de l'Assemblée nationale constituante », une instance intégralement composée de partisans du chef de l'Etat.
L'élection présidentielle avancée ?

Craignant des fraudes, les trois principaux partis d'opposition - ceux de Henrique Capriles, Leopoldo Lopez et Henry Ramos Allup - avaient refusé de présenter des candidats aux municipales.

Ils se voient désormais privés du scrutin présidentiel, programmé pour décembre 2018 mais qui, selon nombre d'analystes, sera sans doute avancé au premier trimestre. « Nous devons nous préparer dès maintenant pour l'élection présidentielle », a déclaré Nicolás Maduro, pour qui les municipales servaient de dernier test grandeur nature avant ce rendez-vous crucial.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

alfredo 14.12.2017
Balayez devant chez vous d'abord

Il semble que la presse ne conteste le résultat légal de ces élections. Alors comment expliquer ces campagnes de communication sur le manque de représentativité de Madrid. N'y a toujours il pas manipulation de l'opinion mondiale ? Enfin, ce qui est constitutionnel au Venezuela est commenté avec des pincettes alors que la France, parjure de sa propre signature de traités internationaux, s'oppose à la reconnaissance des droits des peuples autochtones de son empire et encore moins de modifier la constitution dans le sens du droit international dont elle est contributeur . De qui se moque t-on,?

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu