En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
Vous avez la parole

Trois petits tours et puis s'en vont...

Samedi 07 janvier 2017
La voix de la sagesse : « l'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde » , Nelson Mandela. Juste une petite rétrospective :
- 1er janvier 1997, création de l'Académie de Guyane, vingt ans déjà...
- 4 janvier 2017, nomination du dixième recteur de Guyane!
Les mathématiques ne sont pas mon fort, mais en moyenne, on arrive à un turnover biennal. Du jamais vu, sauf en Guyane!
Je ne m'attarderai pas sur les raisons X ou Y de ces valses à trois temps, mais sur les dommages sociétaux, culturels et éducatifs qui découlent de ces pas de deux. Quelle politique éducative pour nos jeunes Guyanais ? Le concept d'une politique éducative optimisée en Guyane s'articule, selon moi, autour de principes de continuité, d'expertise, de diversité, de bienveillance, de connaissance, d'adaptabilité, et d'urgence. Quel programme titanesque, penserez-vous!
Pourtant, « Je refuse de désespérer parce que désespérer, c'est refuser la vie. Il faut garder la foi » , Aimé Césaire, 2004.
La politique éducative nationale ne peut pas se décliner de la même façon sur l'Hexagone, qu'en Guyane : les spécificités multiculturelles, le contexte socio-économique local, la natalité explosive et la diversité socio-ethnique impliquent une urgence éducative cohérente et pérenne. Pas de droit à l'erreur! Tolérance zéro! Stabilité! Trois petits tours et puis s'en vont... Comment diminuer cette hémorragie éducative ?
La Guyane est-elle devenue un laboratoire du système éducatif français, dans lequel l'on vient faire ses armes, se rôder, s'aguerrir pour mieux rebondir ? Pourquoi devrions-nous accepter un tel manque de considération face aux problématiques sociétales urgentes auxquelles nous sommes confrontés : jeunesse galopante face à un pilotage académique éphémère ? Où est la cohérence dans tout ça ?
Comment prôner l'équité, l'égalité des chances et l'ambition pour nos jeunes face à ces constats ? Ce n'est pas une sinécure.
Pourtant, la Guyane est riche. Une richesse qui repose, en partie, sur sa diversité. Ce levier incontournable est trop souvent éludé dans la réalité : croisons les regards, les idées, les compétences, les expériences afin d'offrir à nos jeunes une éducation de qualité et adaptée à leur environnement.
L'éducation est le fer de lance de toute société, ne l'oublions pas! « L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer notre Guyane. »
Luz Mwinda

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire