France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Vous avez la parole

Rectifions les choses

Samedi 13 octobre 2018
L'Observateur constate qu'il fait réagir et c'est très bien pour la démocratie qu'il puisse aussi répondre, afin d'éclaircir les choses. En réponse à Max de Cogneau, quand l'Observateur constate qu'il y a tant d'immigration en Guyane, c'est parce que, chez nous, c'est meilleur que chez eux : s'il n'y a pas le département Guyane, il n'y a pas la manne financière sociale qu'ils peuvent avoir. Quant au sentiment d'impunité dont il fait part concernant les délinquants, cela voudrait dire que chez eux, c'est beaucoup plus dur à ce niveau donc c'est pour cela qu'ils viennent chez nous. Et les deux raisons mises bout à bout, finalement, veulent bien dire : c'est plus cool en Guyane et « je viens avoir et faire ce que je ne peux pas avoir et faire chez moi » . Concernant le deuxième lecteur de France-Guyane du jeudi 11 octobre qui écrit, je cite mots pour mots : « Non Monsieur l'Observateur, un accusé n'a pas à prouver son innocence, c'est l'accusation qui doit prouver sa culpabilité. » Ce lecteur se trompe lourdement. En matière de droit, cela ne se passe pas comme ça. L'accusation accuse et la défense défend, et qui dit défendre dit mettre à mal les arguments de l'accusation afin de prouver son innocence. Je ne suis pas un donneur de leçons mais simplement un observateur de la vie guyanaise et du monde en général.
L'Observateur

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire