En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
Vous avez la parole

Qui peut encore croire à votre sincérité ?

Jeudi 20 avril 2017
« Pas de poursuite judiciaire à l'encontre des personnes qui sont sur les barrages » . Telle est la nouvelle revendication du collectif Pou Lagwiyann dékolé auprès de l'État français.
« Nous lèverons les barrages si cette condition est remplie! » Un collectif contre la délinquance et l'insécurité qui lui-même s'autorise de la délinquance routière, de l'intimidation verbale auprès des usagers, du racket et qui demande « aucune sanction » , bel exemple pour toute la jeunesse... Bien sûr, certains vont nous répondre que ce ne sont pas eux les responsables, mais leurs voisins. À chaque journée qui passe, c'est un nouveau porte-parole et une cohésion qui vole en éclat. Cher collectif (ou chères individualités), vous ne respectez pas les habitants de Guyane, vous ne respectez pas l'État français, vous demandez vos droits et n'appliquez pas vos devoirs de savoir vivre ensemble. Vous empêchez les citoyens de se déplacer pendant que vous menez votre train de vie (et celui de vos proches, amis) à votre guise au mépris de la souffrance d'un bon nombre d'entre nous. Qui peut encore croire à votre sincérité ? Qu'attendez-vous ? Un grand dérapage d'une partie de la population ou des forces de l'ordre pour confirmer que vous seuls êtes les garants de la sécurité en Guyane. L'image d'unité n'existe plus car vous l'avez vous-même détruite par vos incohérences. Alors, s'il vous reste un peu de bon sens, adoptez les solutions positives : laissez les travailleurs vaquer à leurs occupations, vérifiez les comptes publics actuels, luttez contre la délinquance des « cols blancs » , participez à la propreté du territoire, enseignez aux enfants la vie en société... bref, les occupations saines ne manquent pas. Ne gâchez pas tout par votre entêtement qui va mener au néant. Les négociations ne pourront se faire qu'avec le prochain gouvernement.
Zéro haine, mais beaucoup de peine pour ceux qui souffrent à cause d'une minorité.
Corinne

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire

Vos commentaires

GILLES BERNARD 20.04.2017

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur